COLLOQUE SUR JÉRÔME LE ROYER DE LA DAUVERSIÈRE (8-9 AVRIL 2016/ DIOCÈSE DU MANS)

images

Intitulé Jérôme Le Royer de la Dauversière: un fléchois à l’origine de Montréal, ce colloque organisé par le diocèse du Mans se tiendra les 8 et 9 avril 2016 à La Flèche (Sarthe). Ce colloque sur l’homme derrière la fondation de Montréal se veut en phase avec les préparatifs de notre côté des célébrations et commémorations du 375ème anniversaire de la fondation de Montréal.

D’ailleurs, une petite délégation du diocèse de Montréal se joindra à nos amis fléchois dont l’amitié, soit dit en passant, pour certains d’entre-nous, remontent aux activités et échangent tenues lors du 350ème anniversaire de la fondation de Montréal. Dans cette délégation diocésaine, on y retrouve l’archevêque de Montréal, Mgr Christian Lépine qui y tiendra une conférence. Plus personnellement, nous y retrouvons, notre complice de toujours, l’abbé Marcel Lessard, fin connaisseur des origines de Montréal et de bien d’autres choses en histoire de l’Église de Montréal et du Québec.

À l’invitation de Mgr Le Saux, évêque du Mans, le colloque rassemble une brochette d’experts et de spécialistes sur Jérôme le Royer, sieur de la Dauversière, concepteur et idéateur du projet missionnaire de Ville-Marie et co-fondateur avec Marie La Ferre de la Congrégation des Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph (RHSJ).

La série de conférences se déploiera sur deux journées bien tassées. À l’évidence les conférenciers et conférencières sont peut-être moins connus de ce côté-ci de l’Atlantique mais cela est loin d’être un empêchement majeur à mieux les connaître *.

Preuve du sérieux et de la qualité de l’organisation, le colloque s’ouvrira sous la présidence du Père Bernard Ardura, président de la Commission Pontificale des Sciences Historiques. Puis au fil des deux journées les conférenciers et conférencières par différents angles et sous plusieurs aspects, nous dévoileront la personnalité de Jérôme Le Royer mais d’un Jérôme inscrit dans son époque.

Ainsi, on fera ressortir que Jérôme Le Royer est un digne fils de La Flèche ayant fréquenté le célèbre collège Henri IV tenu par les Jésuites (aujourd’hui le Prytanée militaire), collège où il fut condisciple d’un dénommé René Descartes. On nous brossera un tableau de «l’Église des Pays de la Loire au temps de Jérôme», une présentation incontournable «La figure spirituelle de Jérôme Le Royer» et l’une de ses oeuvres caritatives «La fondation des Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph (RHSJ)».

Puis, l’on abordera «L’évangélisation en Nouvelle-France», en approfondissant avec «La spiritualité des fondateurs de Montréal» pour aboutir sur le long terme avec «Les liens spirituels entre le Canada et les Pays de la Loire du XVIIème au XXIème siècle».

Mentionnons que le samedi matin, la journée commencera avec une prise de parole de M. Laurence Cannon, ambassadeur du Canada suivi de soeur Marie-Thérèse Laliberté, supérieure générale des Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph (RHSJ).

En guise de conférence pour cette dernière journée, l’archevêque de Montréal, Mgr Christian Lépine s’interrogera sur «La perception de Jérôme Le Royer au Canada». Suivront les quelques dernières présentations de ce colloque. On nous entretiendra de «La réforme des hôpitaux au XVIIème», de «La tradition de sainteté au Canada» de «L’histoire du procès (de canonisation) de Jérôme Le Royer», sans oublier un «Témoignage sur l’actualité de la figure de Jérôme Le Royer».

On permettra à la rédaction VILLE-MARIE EXPRESS de souligner la présence à ce colloque d’un grand ami à nous de ce côté-ci de l’Atlantique qui est aussi un grand ami de Montréal et du Québec, ses multiples voyages depuis bientôt près de quarante ans en font foi, nous parlons de M. Christophe Maillet, répondant du Comité Fléchois des Fondateurs et qui, en tant que conférencier, nous présentera «Le Canada au temps de Jérôme Le Royer».

Nous souhaitons un vif succès aux organisateurs et organisatrices de ce colloque sur une figure méconnue mais importante pour la fondation de Montréal. De notre côté, il est prévu que d’ici les prochains jours, avant la tenue du colloque, sous la rubrique Notices biographiques nous présentions Jérôme Le Royer de La Dauversière (1597-1659) l’homme derrière Montréal.

______________________________________

* Par ce lien, vous pouvez prendre connaissance du programme des conférences du colloque et particulièrement du nom et des fonctions des conférenciers et conférencières.

 http://www.sarthe.catholique.fr/Inscription-colloque-Jerome-Le

3 réflexions au sujet de « COLLOQUE SUR JÉRÔME LE ROYER DE LA DAUVERSIÈRE (8-9 AVRIL 2016/ DIOCÈSE DU MANS) »

  1. Dans le cadre du présent colloque fléchois consacré à Jérôme le Royer de la Dauversière, on aura intérêt à relire et méditer cet extrait de la lettre du Père Étienne, Récollet, qu’il adressa aux filles spirituelles de La Flèche, en janvier 1660, à peine quelques mois après la mort de Jérôme le Royer:

    « Je ne puis vous dire autre chose du défunt sinon que l’Esprit de Dieu qui résidait et opérait en lui, lui a appris à unir le mariage avec la continence, le monde avec la religion, les honneurs avec l’humilité, les offices et les charges les plus périlleuses au salut avec l’innocence de vie et enfin les richesses avec la pauvreté ».
    Tel il fut et tel il demeure, en son engagement plénier et saint que l’Église universelle doit reconnaître, en confirmant ses vertus.

    G. Lévesque, ex-secrétaire exécutif du Comité des Fondateurs
    Membre d’honneur de la Société historique de Montréal

  2. Dans le cadre du présent colloque fléchois consacré à Jérôme le Royer de la Dauversière, on aura intérêt à relire et méditer cet extrait de la lettre du Père Étienne, Récollet, qu’il adressa aux filles spirituelles de La Flèche, en janvier 1660, à peine quelques mois après la mort de Jérôme le Royer:

    « Je ne puis vous dire autre chose du défunt sinon que l’Esprit de Dieu qui résidait et opérait en lui, lui a appris à unir le mariage avec la continence, le monde avec la religion, les honneurs avec l’humilité, les offices et les charges les plus périlleuses au salut avec l’innocence de vie et enfin les richesses avec la pauvreté ».
    Tel il fut et tel il demeure, en son engagement plénier et saint que l’Église universelle doit reconnaître, en confirmant ses vertus.

    G. Lévesque, ex-secrétaire exécutif du Comité des Fondateurs
    Membre d’honneur de la Société historique de Montréal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *