L’ACTION NATIONALE (1917-2017): LA REVUE CENTENAIRE

(Page de couverture de l’édition du Centenaire.Oeuvre du centenaire. Reproduction sur papier coton MUSEO MAX. Signée et numérotée par Armand Vaillancourt. 2017)

_________________________________

Le XXè siècle avait à peine dix-sept ans lorsque la revue l’Action française, c’était son premier nom, est née. De sept ans la cadette du Devoir de Henri Bourassa dont elle est, à l’époque (1917-1928), un certain prolongement avant que son illustre fondateur ne se perde dans une mystique suspecte qui lui fit renier son combat national d’antan.Elle naît dans un monde en pleine guerre et en pleine crise de conscription qui déchire le pays canadien dans son lien colonial avec le grand Empire britannique sur lequel le soleil ne se couchait jamais.

Elle deviendra en 1928 pour un très court laps de temps l’Action canadienne-française afin de se démarquer et de se distinguer d’une revue française qui portait le même nom et qui fut l’objet d’une condamnation formelle de la part de l’Église catholique sous la gouverne de Pie XI. Puis, pour différentes raisons, elle s’éclipsera pour quelque temps. Pour finalement, reprendre sans interruption sa parution en 1933, sous le nom officiel et définitif de l’Action nationale.

Elle fut de tous les débats et de tous les combats du Canada français et du « petit peuple » canadien-français pour finalement, dans la foulée des années soixantes et en conséquence des États généraux du Canada français (1966-1969) épouser le destin du peuple québécois au grand dam des minorités canadiennes-françaises hormis l’Acadie. Et cent ans plus tard, elle est encore de tous les débats et de tous les combats. Elle a mis au monde, en verbe et en action, le nationalisme canadien-français et le nationalisme québécois. Elle s’est donnée comme cheval de bataille de pourfendre notre impuissance politique et économique congénitale.

Et quoi que l’on en pense, elle a voulu, et ce dès le début, nous sortir de l’idéologie de la survivance et de l’agriculturisme. Elle a voulu nous sortir de notre infériorité économique. Mais pour atteindre tout cela, il fallait d’abord inexorablement une grande réforme de l’éducation qui de l’enfance à l’université saurait nous outiller pour la vie moderne sans pour autant renier d’où nous venions. Pour tout cela, nous lui sommes largement redevable.

Au fil des ans et des décennies mais surtout de l’actualité économique, politique et culturelle qui sollicite et interpelle ses directeurs et ses différents collaborateurs, l’Action nationale, nous somme de se penser et de se saisir comme un peuple et comme une totalité avec un passé, un présent et surtout un avenir…un avenir national libre et émancipée de toute tutelle.

Et pourtant, hélas, elle reste méconnue d’une bonne partie de notre peuple. Nous disions plus haut qu’elle fut de tous les débats et de tous les combats: sur la langue, sur l’instruction publique et sa réforme, sur notre infériorité économique, sur notre littérature nationale dites régionaliste à l’époque, sur le rôle de l’État québécois comme fiduciaire du peuple canadien-français, sur nos rapports avec le Canada anglais, sur les crises constitutionnelles, sur les relations internationales. Elle était au rendez-vous de toutes ces questions dès 1917 et elle y est toujours.

Edouard Montpetit y signa le premier éditorial en janvier 1917. Au fil des décennies, elle a ouvert ses pages aux plumes les plus nobles et parfois les plus incisives de son époque: Esdras Minville, Joseph-Papin Archambault, Omer Héroux, George Pelletier, Philippe Perrier, Olivier Maurault, les Laurendeau, père et fils (Arthur et André), Richard Arès, François-Albert Angers, Pierre Laporte, Jean-Marc Léger, Jean Genest, Rosaire Morin et Robert Laplante, son directeur actuel, pour ne nommer que les plus connus.

Et non, nous ne l’avons pas oublié, celui qui en fut son directeur pendant près de dix ans (1920-1928) pour ensuite en être un collaborateur régulier. Celui qui en fut l’âme incandescente. Celui qui lui a donné ses lettres de noblesse, l’abbé Lionel Groulx (1878-1967).

Sous sa gouverne et sous sa plume, il convia le peuple canadien-français a sortir de sa torpeur. Pour le chanoine, il fallait surmonter les affres de la Conquête britannique dont on se plaisait à dire les bienfaits, en faire de même de l’échec des Troubles de 1837-1838 et de sa terrible répression. Finalement, ne pas se laisser subjuguer par le mirage du suppposé pacte confédératif de 1867 dans lequel l’un des peuples fondateurs est plus égal que l’autre.

Elle a mobilisé ses artisans vers l’action. Feu! la rhétorique creuse et vaseuse qui conduisent  sur des chemins qui ne mènent nulle part. L’Action nationale met au monde le nationalisme canadien-français. Elle lui donne un langage et un relief qui rejoindront la jeunesse des décennies vingt, trente puis connaîtra un certain recul d’audience pour ne pas dire un certain déclin à partir de la fin de la seconde guerre.

À travers les débats et les combats, pendant plus de trente ans, la revue a déblayé le terrain et a fait le lit de la Révolution tranquille. Tout ce que les deux mandats des gouvernements libéraux de Jean Lesage ont accompli de 1960 à 1966 était en germe dans les écrits de la revue. Même le slogan Maîtres chez nous de la campagne de 1962, lui fut subtilisé par les libéraux de l’Équipe du tonnerre!

L’Action nationale est née à une époque où la foi et la langue faisaient bon ménage et dormaient dans le même lit dans une chaste intimité. Et ce peuple canadien-français devait défendre et protéger l’une et l’autre. Car c’est par l’une et l’autre qu’il y devait sa survivance mais aussi son espérance. Mais, autre temps, autre moeurs, a-t-on l’habitude de dire. Aujourd’hui, pour beaucoup d’entre-nous la foi catholique, la langue et la culture font chambre à part. Reste un minimum de valeurs convergentes et un patrimoine religieux.

Pourtant, à ses débuts et dans les décennies précédant la Révolution tranquille, on y trouve les plumes du père Papin Archambault, s.j., d’Olivier Maurault, p.s.s., puis du père Richard Arès, s.j. S’en fait-il encore des gens de cette trempe, capable d’articuler une pensée et une réflexion engagée dans le réel de notre situation nationale, sociale et spirituelle?

Qu’a cela ne tienne, l’Action nationale a 100 ans et cela doit être un motif de fierté nationale. Merci à tout ceux et celles qui l’ont porté à bout de bras et lui a donné ses lettres ne noblesse.

________________________________

LIENS UTILES

Pour avoir accès au site de la revue l’Action nationale

http://www.action-nationale.qc.ca/

(Pour avoir accès à la revue l’Action française (1917-1927). Consultez ce lien de la Bibliothèque et Archives nationales du Québec).

http://collections.banq.qc.ca/ark:/52327/2223197

(Pour avoir accès à la revue l’Action nationale (1933-2013). Consultez ce lien de la Bibliothèque et Archives nationales du Québec).

http://collections.banq.qc.ca/ark:/52327/2163581

 

 

 

Une réflexion au sujet de « L’ACTION NATIONALE (1917-2017): LA REVUE CENTENAIRE »

  1. S’en fait-il encore? Ça fait longtemps que je me pose cette question…. Nous avons élevé un mur infranchissable pour qui prend son plaisir en chambre à part… Même dans la reconnaissance d’un bien religieux reconnu patrimonial ne provoque une certaine fierté. C’est toujours comme une concession à une phase préhistorique de notre existence comme peuple et comme personne. C’est gênant de reconnaître l’apport de Lionel Groulx, d’Olivier Maureault, de Marie Victorin, d’Albert Tessier, et encore d’autres sans parler du dévouement de bien des curés de quartier. Comment peut-il s’en faire d’autres si on a honte de nommer et de reconnaître l’apport de ces prédécesseurs? Le fossé que nous avons creusé empêchera une relève pour les vingt prochaines années. C’est triste mais c’est ce qu’ on a voulu depuis les vingt dernières années. …
    « Dors mon peuple, dors……. »

    Marcel Lessard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *