CONFÉRENCE: LES COURANTS SPIRITUELS AYANT PRÉSIDÉ À LA FONDATION DE VILLE-MARIE

(Le conférencier, l’abbé Marcel Lessard)

(La Station de pompage d’Youville. Photo: Caroline Bergeron pour le Musée d’Archéologie et d’Histoire de Montréal)

________________________________

Comme nous vous l’avions annoncé dans un article précédent, la conférence mensuelle du premier samedi du mois de la Société historique de Montréal portant sur Les grands courants spirituels qui ont présidé à la fondation de Ville-Marie s’est tenue le 4 février 2017 à la station de pompage d’Youville, bâtiment annexe du Musée de Pointe-à-Callière. On nous permettra un petit aparté avant d’aborder spécifiquement la conférence.

Le bâtiment de la station de pompage est situé de biais avec le bâtiment majeur du Musée d’archéologie et d’histoire de Montréal. Il fut construit en 1915. Il est fait de brique écossaise dont la couleur fait un bel effet visuel. On peut y retrouver encore les moteurs, les vannes, les pompes et le treuil. Par le fait même de cette conservation, la station de pompage fait partie du patrimoine industriel de Montréal.

Pour revenir à la conférence, à peu près une quarantaine de membres de la Société historique et d’habitués des conférences mensuelles du samedi ont écouté avec beaucoup d’intérêt les propos de l’abbé Marcel Lessard portant sur les courants de spiritualité qui ont présidé à la fondation de la petite colonie missionnaire de Ville-Marie.

Nul n’est sans savoir que la fondation de la petite colonie de Ville-Marie sur l’île de Montréal et plus précisément au pied du Saint-Laurent à l’endroit connue désormais sous le nom de la Pointe-à-Callière est un projet de nature privée financé par Jérôme de la Dauversière ainsi que par son grand ami, le baron de Fancamp, qui au tout début se faisait en marge du projet colonial de la France monarchique tout en ayant l’aval de Louis XIV.

L’abbé Marcel Lessard pendant plus d’une heure nous a brossé une fresque assez originale de la France dévote de ce XVIIè siècle. Ayant visité lui-même les lieux où sont nés La Dauversière (La Flèche), Maisonneuve (Neuville sur Vanne), Jeanne Mance (Langres) et Marguerite Bourgeoys (Troyes), le conférencier nous ramène jusqu’aux fonts baptismaux de chacun et de chacune des protagonistes pour tenter de convaincre son auditoire que tout a commencé au moment de ces différents baptêmes qui ont armé et équipé ces hommes et ces femmes de la foi chrétienne.

Parmi les courants spirituels du grand dix-septième siècle français qui ont présidé à la fondation de Ville-Marie, il y a bien sûr ceux issus de l’École française de spiritualité connue aussi sous le vocable de spiritualité bérulienne qui est un passage obligé. Spiritualité qui se nourrit des réflexions et des oeuvres du cardinal Bérulle, de Charles de Condren, de Jean-Jacques Olier, de Jean Eudes et même de Vincent de Paul.

Puis, l’autre grande influence spirituelle apparu un siècle précédent soit dans ce que l’on a nommé le Siècle d’or espagnol (1492-1681) soit celle d’Ignace de Loyola et de ses Exercices spirituels.

Tout cela dans une atmosphère de dévotions que ce soit à Marie, à Joseph ainsi qu’à toute la Sainte Famille de Nazareth. De la ténacité, de l’espérance et de la foi, il en fallait afin de faire face aux différents défis auxquels les premières recrues fondatrices de Ville-Marie furent confrontés que ce soit la nature, la maladie mais surtout l’hostilité croissante venant d’une large partie de l’Iroquoisie.

Pour le reste et pour en savoir plus, nous vous laissons avec le conférencier, l’abbé Marcel Lessard…

__________________________________

Afin de visionner la vidéo de la conférence de l’abbé Marcel Lessard, nous mettons à votre portée le lien qui est en fait le site du 375è de Montréal du diocèse de Montréal.

http://www.diocesemontreal.org/blog/375vm/multimedia/les-courants-spirituels-qui-ont-preside-a-la-fondation-de-ville-marie/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *