UN QUÉBEC CAQUISTE POUR QUATRE ANS

(La cuvée 2018 de la CAQ. 74 députés. Photo: La Presse canadienne)

(Le premier gouvernement de François Legault. Photo: Tolérance.ca)

________________________________________

En mars 2014, la Coalition Avenir Québec y allait de son slogan de campagne électorale avec « On se donne Legault ». Cette campagne était, en quelque sorte, au dire même de François Legault  « la bataille de sa vie ». Hélas! Il lui a fallu attendre quatre autres années avant que le Québec « se donne Legault  » et que la bataille de sa vie devienne la victoire de sa vie.

Ainsi, au matin du 2 octobre 2018, jour des Saints Anges gardiens et une énième année après la mort le même jour de Robert Bourassa (1996), premier ministre du Québec de 1970-1976 et de 1985-1994, François Legault s’est réveillé premier ministre du Québec.

Nul besoin de dire que le Parti Libéral du Québec s’est fait congédier sans appel et que les Québécois en ont profité aussi pour vider complètement le vestiaire de l’Assemblée nationale en virant le Parti Québécois comme Opposition officielle. Faut-il donc concéder que l’un et l’autre sont appelés à non seulement se refaire une beauté mais surtout une crédibilité.

Il faut admettre que cette fois-ci le PQ a facilité la tâche des électeurs québécois. En effet, ayant décidé de cacher le gros éléphant politique qu’est la question nationale dans le garde-robe des vieux chiffons, cela a permis de libérer le vote dit national. Mais ce vote est devenu tellement libre et volatil qu’il y avait même un certain pourcentage d’électeurs et d’électrices qui hésitait entre la CAQ et QS. Comme si les deux formations avaient le même programme économique. Alors que la première est de tendance capitaliste néo-libéral, et, interventionniste si nécessaire, l’autre, QS, est plutôt social-altermondialiste, prêt même à nationaliser les comptes CELI!

Au final, comme on le sait les deux grands gagnants de l’élection de 2018 sont la CAQ et Québec Solidaire qui, quant à lui, a presque fait la barbe au PQ. Il faut reconnaître que la stratégie de campagne de QS a porté fruit. D’abord, il y a deux ans avec le refus de l’état-major de QS de faire alliance avec le PQ.  Ce refus reposait sur le fait que la formation de QS pressentait la possibilité d’aller chercher les comtés de Hochelaga-Maisonneuve et de Laurier-Dorion. Ajoutant à cela plus récemment celui de Rosemont en y présentant un candidat connu en la personne de l’ex-journaliste de La Presse, Vincent Marissal. En tous les cas, s’il n’était pas clair au yeux du PQ que QS voulait d’abord sa peau sur l’échiquier bien avant de former un gouvernement crédible, on ne sait pas ce qui lui faut de plus pour le comprendre!

Mais revenons aux vrais vainqueurs de cette élection à savoir les 74 élus et élues de la CAQ. Il faut aussi rendre hommage au chef de la CAQ et  reconnaître la ténacité et l’opiniâtreté de François Legault. L’homme d’affaire (Air Transat) débauché par Bernard Landry vers les années 1997-1998 et présenté au PM du Québec de l’époque Lucien Bouchard est devenu un ministre-vedette des gouvernements Bouchard (1996-2001) et Landry (2001-2003).

Mais las de courir après une indépendance qui tardait à venir, F. Legault quitte la politique en 2009 pour mieux y revenir en fondant d’abord un mouvement puis finalement un parti politique en bonne et due forme nommé Coalition Avenir Québec sur et avec les restes de l’ADQ de Mario Dumont. Ayant comme devise politique constitutionnelle le ni-ni, ni fédéraliste à outrance ni souverainiste pointilleux mais nationaliste à l’intérieur du Canada selon la célèbre maxime d’Yvon Deschamps, Un Québec fort dans un Canada uni.

C’est ainsi qu’en octobre 2018, après trois campagnes électorales éreintantes, celui qui tout au long des dernières années est allé chercher presque un à un les candidats de son camp et surtout ceux et celles qui pourraient être aptes à faire parti d’un premier gouvernement caquiste, est enfin récompensé. Parlant de gouvernement, si l’on se fie au cv ainsi qu’au parcours professionnel des 13 hommes et 13 femmes appelés à former le premier gouvernement Legault, il est en terme de compétence, en puissance cela va sans dire, celui qui se rapproche le plus du premier gouvernement Lévesque (1976-1981) avec une pointe plus forte en matière économique. Ce n’est pas peu dire. Bien qu’en contre-partie, l’on puisse concéder que le nouveau gouvernement soit plus faible intellectuellement. Celui du PQ de 1976 comportait plus de gens du monde universitaire et issu du monde syndical et fut nettement non préoccupé par le phénomène de parité homme-femme au sein du gouvernement. Parlez-en à Lise Payette. Autre temps, autres moeurs!

Nous terminons en déplorant ce faux amalgame où l’on a tenté un rapprochement entre la CAQ et les divers partis populistes européens voire même avec le nouveau parti de Madame Le Pen. Il faut être malhonnête intellectuellement ou faire preuve d’ignorance crasse ou même les deux pour véhiculer une telle énormité. Le parti de François Legault a beau vouloir se positionner à droite de l’échiquier politique, il est loin de se mouvoir à la droite de la droite.

En somme, le résultat de l’élection québécoise de 2018 s’avère le reflet des différentes tendances qui se font jour sur le terrain de l’opinion publique québécoise des derniers temps. Le gouvernement Couillard-Barrette semblait avoir du plomb dans l’aile, l’Opposition péquiste continuait d’être sur la pente descendante depuis le temps d’André Boisclair (2005) malgré l’accident de parcours que fut le gouvernement Marois (2012-2014). Pendant ce temps-là, QS continuait à grapiller les votes des indépendantistes déçus ou des révolutionnaires en herbe.

Quant à savoir si le premier gouvernement caquiste de François Legault sera à la hauteur des espérances qu’il a pu soulever, quoi de plus facile que de reprendre une marotte familière à Monsieur Legault,  » On verra… »

________________________________

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *