ÉDITORIAL: 375è DE MONTRÉAL. DE L’HISTOIRE, IL Y EN AURA

villemarie

(Une représentation des premiers bâtiments de Ville-Marie situés sur le pourtour de ce que l’on connaît maintenant comme la Pointe-à-Callière.1645.)

150421_r37fr_rci-montreal-ville-pano_sn635

(Une vue sur le centre-ville de Montréal et son quartier des affaires.)

Photo aérienne du Stade olympique, le lundi 5 mars 2012, à Montréal. MAXIME LANDRY/TVA NOUVELLES/AGENCE QMI

Photo aérienne du Stade olympique, le lundi 5 mars 2012, à Montréal.
MAXIME LANDRY/TVA NOUVELLES/AGENCE QMI.

(La carte postale de Montréal.Vue aérienne du stade olympique de Montréal. L’une des deux grandes attractions touristiques de Montréal avec l’Oratoire Saint-Joseph.)

_______________________________________

Dans la foulée et au seuil des différentes rentrées (scolaire, universitaire, professionnelle, juridique, parlementaire, gouvernementale, et j’en passe), il y a, bien sûr, la rentrée de VILLE-MARIE EXPRESS. Et le temps nous est compté.

En effet, si nous avons pris congé, un peu malgré nous, d’une parution régulière pendant l’été, sachez cher lectorat, d’ici et d’Outre-Atlantique, que nous avons en banque des amorces bien avancées de quelques textes vachement intéressants comme disait un ancien ami propriétaire d’une ferme laitière.

Je pense, entre autres textes, à ceux portant sur l’art dans le métro de Montréal. Hé oui, les stations de métro prisent dans leur ensemble sont un Musée d’art contemporain, et ce, dès l’ouverture des premières stations en 1966. Sans oublier le texte, sur le stade olympique (1976-2016) et ses quarante ans, celui sur le Jardin Botanique de Montréal et ses quatre-vingt-cinq ans (1931-2016). Et pour faire un clin d’oeil à la jeune génération et à toutes celles qui l’ont précédées, un texte sur le Collège de Montréal (1767-2017) fort de ses 250 ans et, qui se targue, avec fierté, sur grandes affiches de pub, d’être le premier Collège de Montréal. Incidemment, notre premier Collège de Montréal, les 8 et 9 septembre prochains procédera au lancement de la programmation spéciale du 250è anniversaire dudit collège à la salle Jacques-Giguère de l’Ermitage. On en reparle bientôt.

Nous aborderons aussi dans les prochains mois le début des activités du Comité du 375è. Pour le moment ce que l’on sait tous c’est qu’il y aura un lancement officiel des festivités du 375è, le mercredi 21 décembre 2016. Mais on apprenait, il y a quelques jours, qu’il y aura, préalablement, un lancement télévisuel dix jours avant. Hé oui, le dimanche 11 décembre 2016, soit dix jours avant le lancement officiel, les quatre grands diffuseurs télé du Québec, nous proposerons, en simultané, une émission de variétés (hé oui de variétés et non d’histoire) des Productions Éric Salvail dont notre bon maire Coderre s’en pourlèche déjà les babines. On sera sûrement loin d’une soirée genre Les Beaux Dimanches du Radio-Canada des années 60/70, mais que voulez-vous, comme disait un ancien premier ministre du Canada uni d’un océan à l’autre voire d’un Atlantique à l’autre et qui prônait le bilinguisme français-anglais dans la même phrase. Mais ça c’est une autre affaire.

Pour ceux et celles qui se demandent encore pourquoi les célébrations commencent le 21 décembre 2016, c’est tout simplement que de cette date jusqu’au 31 décembre 2017, il se sera écoulé 375 jours. Fallait juste y penser. Et le Comité du 375è et son commissaire M. Gilbert Rozon y ont pensé.

Cela dit, ne vous inquiétez pas, mon éditorial portera sur quelque chose de plus sérieux, du moins j’espère. En fait, pour reprendre une expression très française qu’utilisait Pierre Bourgault, hé bien, laissez-moi vous dire que J’EN AI MARRE d’entendre tout un chacun claironner que l’Histoire de Montréal est et sera le parent pauvre de ce 375è de Montréal.

J’admets que le Comité du 375è est centré et obnubilé par le tintamarre, le visuel, la grande fête, le tape-à-l’oeil, le gros party quoi. Je sais que pour toutes sortes de raisons le Comité n’a pas soutenu financièrement des projets pilotés par des Sociétés historiques de différents secteurs de Montréal. Mais, il y a un mais, en effet beaucoup de personnes et d’organismes pour ne pas dire d’institutions sont fins prêtes pour offrir aux Montréalais, aux touristes et à n’importe quel quidam, un détour par l’Histoire de Montréal par des activités qui s’adressent à l’intelligence et à la sensibilité éclairée des gens.

Et puisque nous souscrivons à la célèbre maxime du philosophe René Descartes (1596-1650) à savoir «que le bon sens est la chose du monde la mieux partagée», nous osons croire que nos concitoyens profiteront du 375è anniversaire de la fondation de Montréal pour mieux connaître non seulement l’histoire de Montréal, mais sa géographie et sa géologie, son développement culturel et sportif, son lien affectif avec le CH (pourquoi pas ? un peu de psycho-sociologie du sport), le présent et le futur que nous réserve l’Espace Vie dont la pierre angulaire demeure le Jardin Botanique de Montréal auquel on devrait rattacher le nom du fondateur à savoir le frère Marie Victorin. Cela pourrait donner le Jardin Botanique de Montréal/Marie-Victorin. Sans oublier le nouveau Planétarium qui lui s’appelle bien Planétarium (Rio Tinto) et le Biodôme (pourquoi pas le Biodôme de Montréal/Jean-Doré, maire de Montréal de 1986 à 1994 et initiateur de ce projet).

Mais pour revenir à l’histoire de Montréal et à son patrimoine historique, culturel, artistique et surtout archivistique, préservé particulièrement par les communautés religieuses, nous savons que le 375è sera l’occasion de mettre en valeur tout ce patrimoine. D’ailleurs, faisant référence aux archives, les Montréalais et Montréalaises ne peuvent s’imaginer tous les trésors archivistiques qui dorment paisiblement dans des locaux non seulement de communautés religieuses, mais aussi, de l’Archevêché de Montréal sans oublier les archives de nos illustres Messieurs de Saint-Sulpice auxquels nous réservons un bel et bon texte dans la foulée du livre « Les Sulpiciens, une histoire de pouvoir et de discrétion.1667-2007 » (Deslandres, Dickinson, Hubert, Fides, Montréal, 2007).

En rappelant à nos lecteurs et lectrices les activités de conférences sur l’histoire de Montréal abordant différents thèmes et sous différents angles. On pense ici, à l’équipe du Rêver Montréal/375è qui depuis l’hiver 2016 présente mensuellement des conférences sur Montréal.

D’ailleurs, dans la foulée de la rentrée culturelle et religieuse, Rêver Montréal/375è présente une conférence du jeune historien québécois, Stéphane Martel dont l’intitulé est « Le rôle des gens d’affaires à la fondation de Montréal » qui aura lieu le lundi 19 septembre 2016. D’autres conférences sont programmées tout au long de 2016-2017. Nous vous tiendrons au courant.

Nous ne pouvons passer à côté du Musée d’archéologie et d’histoire de Montréal (1992-2017), mieux connu sous l’appellation du Musée de Pointe-à-Callière qui lui fêtera son premier quart de siècle, et son projet d’agrandissement avec une nouvelle aile qui conduira le visiteur à même le site du Fort construit par la recrue de 1642.

Nous pensons à notre journal-web, VILLE-MARIE EXPRESS, dédié à l’Histoire du Montréal d’antan et d’aujourd’hui qui tout en produisant des textes soutenus par une iconographie (photos, peintures, sculptures) tente non seulement d’informer, de cultiver mais aussi de faire circuler l’information afin que l’on sache ce qui se prépare, ce qui se fait et ce qui sera montré lors du 375è.

Mais en plus, nous le crions et le répétons à tue-tête mais avec délicatesse que VILLE-MARIE EXPRESS est lu et apprécié par un réseau d’amis et de connaissances Outre-Atlantique, c’est-à-dire en France, particulièrement à La Flèche (Jérôme Le Royer de La Dauversière), Langres (Jeanne Mance), Troyes (Marguerite Bourgeoys), Brouage, (Champlain et le Mémorial de la Nouvelle-France dans l’église de Saint-Pierre et Saint Paul) et son projet normalement prévu à l’été 2017 du dévoilement de la neuvième verrière du Mémorial de la Nouvelle-France en hommage à Marguerite Bourgeoys. Que voulons-nous de plus?

Somme toute, il n’en tient qu’à nous de faire de ce 375è anniversaire de la fondation de notre ville et de la métropole du Québec un moment de ressourcement historique et culturel. Et qui sait, si un jour pas si lointain, cette ville pourrait être non seulement la métropole d’une province mais la métropole d’un pays, d’un État complet possédant tous les pouvoirs régaliens afin de bien refléter le Maître chez nous d’une certaine époque. Mais ça c’est une autre affaire. Mais cela in fine c’est l’affaire de la naissance d’un peuple particulier niché sur un beau grand territoire en Amérique du Nord et ce depuis 1604, d’abord en Acadie, puis après en 1608 à Québec, puis encore après en 1642 dans ce qui initialement se voulait être une simple réduction pour missionnaires catholiques venus évangéliser et vivre avec les autochtones dans un lieu connu initialement sous le nom de Ville-Marie qui de simple bourgade est devenue la grande ville de Montréal que nous connaissons maintenant.

____________________________

TROIS LIENS UTILES POUR EN SAVOIR PLUS

LE SITE RÊVER MONTRÉAL/375è (rubrique conférences mensuelles) ; LE SITE DU MUSÉE D’ARCHÉOLOGIE ET D’HISTOIRE DE MONTRÉAL (rubrique nouveau développement); LE SITE DU COLLÈGE DE MONTRÉAL (1767-2017).

http://revermontreal.com/#conferences

http://www.pacmusee.qc.ca/fr/a-propos-de-pointe-a-calliere/musee/projets-futurs-expansion-musee

http://college-montreal.qc.ca/

2 réflexions au sujet de « ÉDITORIAL: 375è DE MONTRÉAL. DE L’HISTOIRE, IL Y EN AURA »

  1. Bonjour,
    Quelle est la source de votre carte du fort de Ville-Marie ? L’image est intéressante et j’aimerais l’utiliser dans le cadre d’un travail, mais j’aimerais déterminer d’où provient l’image. Merci!

    • Cher Alexandre Fleurent. Comme vous l’avez remarqué, cette image n’est pas suivie d’une source. À vrai dire, à mon oeil expérimenté d’ex-enseignant, ce me semble provenir d’un petit manuel ou d’un fascicule scolaire de niveau primaire. Reste à savoir de quelle maison d’édition. J’ai retrouvé justement deux sites qui utilisaient cette image sans en indiquer la provenance. Et les deux sites avaient trait à l’éducation scolaire. Dans un autre ordre d’idée, vous me parlé d’un travail de votre part. D’abord, je vous félicite d’avoir le souci d’indiquer les sources que vous utilisées. En parallèle à cette réponse, vous me permettrez, en privé, via un courriel, de vous faire parvenir des sources de documentation qui pourrait vous être utile. GILLES GUY, rédacteur en chef de VILLE-MARIE EXPRESS.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *