17 MAI 2017 UN CENTENAIRE ET UN 375è AVEC UNE ENVOLÉE DE CLOCHES

(Le campanile du carillon de l’Oratoire Saint-Joseph)

(Lors du concert inaugural le 15 mai 1955. Archives de l’oratoire Saint-Joseph. Soumis à copyright)

____________________________________

Le 17 mai 2017 comme nous vous le disions l’année dernière à pareille date ou presque est et sera désormais synonyme d’un centenaire et d’un 375è pour la ville de Montréal. Comme quoi, un jubilé en cache un autre ou pour mieux dire un jubilé en révèle un autre. En effet, c’est en 1917 sur une période de deux jours (17 et 18 mai) que le président de la Société historique de Montréal en la personne de Victor Morin et secondé par la Société d’archéologie et de numismatique de Montréal eut l’heureuse idée de commémorer la fondation de Montréal.

Ce 17 mai 1917 s’ouvre par une grand-messe pontificale célébrée à la basilique Notre-Dame par l’évêque auxiliaire de Montréal, Mgr Georges Gauthier, suivie d’un Te Deum d’action de grâce. Dans l’après-midi, des visites du Vieux-Montréal guidées et animées par des férus d’histoire bien connus du public montréalais. Le lendemain, 18 mai 1917, l’on reprend la fête avec des discours et des envolées oratoires des dignitaires politiques et religieux. Dans toutes les écoles de la ville, l’on présente un résumé de l’oeuvre de Maisonneuve. On enjoint les élèves à chanter l’Ô Canada et comme récompense on leur donne congé et la fête se continue jusqu’en soirée. Signalons que c’est dans le cadre des festivités du 275è que plus de cinquante plaques commémoratives ont été installées à divers endroits de la ville.

Exceptionnellement, cette année, la commémoration a lieu le 17 mai, jour pour jour, (1642-2017), un jour de semaine, comme nous le déplorions dans un article précédent, alors que les Montréalais dans leur vaste majorité sont, soit au boulot, soit à l’école et qu’aucun congé n’est prévu. Heureusement, la « belle cérémonie » sera diffusée à la télé grâce aux bons soins de ICI RDI dès 8h30 le matin. Mais soyons bon prince et acceptons ce que le Protocole et Accueil de la Ville de Montréal a imposé comme horaire inhabituel et inusité. M’enfin comme disait Gaston LaGaffe!

Dans la dernière année de préparatifs pour cette Journée des Fondateurs et Fondatrices de Montréal, il y eut beaucoup de fluctuations. D’abord, on a voulu « coller » le plus possible à la date du 17 mai, en déplaçant le tout le mercredi 17 mai et non un dimanche le plus près du 17 mai selon la coutume. Puisque nos valeureux sont arrivés en après-midi sur la Pointe de Montréal, la Messe du 375è devait débuter en après-midi suivie de différentes activités dont la cérémonie civique et militaire habituelle comme l’exercice annuel du Droit de Cité du Régiment de Maisonneuve.

Hélas, des dignitaires ayant des difficultés d’horaire, on a demandé de déplacer la Messe en avant-midi. 11 heures. Non.10 heures. Non. 9 heures. Parfait, tout le gratin politique et religieux aura le temps de se rendre à la basilique Notre-Dame pour 9 heures et surtout de faire ses auto-portraits (selfies). Ayant prévenu certaines personnes gravitant autour du comité du 17, qu’il est toujours risqué de faire des changements d’horaire pour accommoder des dignitaires politiques parce qu’à la moindre catastrophe nationale, ils peuvent annuler leur présence, hé bien, on y était presque. Osons espérer que MM. Trudeau, Couillard et Coderre n’arriverons pas à la Messe avec leurs grosses bottes de caoutchouc montées jusqu’à la taille après une énième tournée auprès des sinistrés de l’eau!

Donc, le tout commencera à 8h45 à partir du Carillon de l’Oratoire Saint-Joseph qui lancera l’envolée de cloches qui devrait se poursuivre dans toutes les paroisses de Montréal. Justement, parlons-en des paroisses de Montréal, ont-elles été sollicitées tout récemment pour faire acte de présence en ce 375è en faisant sonner les cloches tout d’un coup à 8h45 en ce mercredi 17 mai 2017? Ont-elles prévu des activités préparatoires ou s’apprêtent-elles à en faire dans la foulée de cette envolée de cloches? Et sauront-elles vraiment pourquoi, on fait sonner les cloches? Et que se passera-t-il dans les écoles de Montréal?

Parlant de cloches, il y en a cinquante-six en bronze qui forment le carillon de l’Oratoire. Elles sont faites d’un alliages de cuivre et d’étain. Contrairement à ce que l’on peut penser, l’ensemble des cloches ne bougent pas. En effet, elles sont fixées à des poutres et ce sont les battants qui sont actionnés par des fils d’acier reliés à la console intérieure où est installé le carilloniste*.

En passant, pouvez-vous vous imaginer la tour Eiffel avec à l’un de ses étages un campanile qui couvrirait un carillon de cinquante-six cloches?  Paris n’en ayant pas voulu, c’est ainsi qu’en 1954, le carillon prévu pour la tour Eiffel fut prêté à l’Oratoire Saint-Joseph dans le cadre de son cinquantenaire. Puis par la suite de généreux donateurs ont fait en sorte que le carillon devienne propriété de l’Oratoire.

Un concert inaugural fut donné le 15 mai 1955 par le carillonneur Émile Vendette (1919-1992), un franco-ontarien qui donna son premier concert au carillon de la Tour de la Paix du Parlement canadien à Ottawa en 1938.

Au moment de « mettre sous presse », si on peut nous permettre cette expression devenue obsolète, nous apprenons qu’une partie de la cérémonie civique et militaire semble compromise parce que nos militaires sont réquisitionnés auprès des sinistrés de l’eau. Vivement, la Messe du 375è.

______________________________________

*   Nous lisons parfois carilloniste et parfois carillonneur!

Un extrait musical du carillon de l’Oratoire Saint-Joseph de Montréal.

https://www.youtube.com/watch?v=f-fOLUbye5E

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *