MESSE EN HOMMAGE À ÉMILIE GAMELIN ET AUX PATRIOTES DE 1837-1838

(La bataille de Saint-Eustache. Encre et aquarelle sur papier. Lord Charles Beauclerk)

(L’exécution par pendaison de patriotes à proximité de la prison de Montréal située au Pied-du-Courant. Dessin de Henri Julien,)

La sculpture en bronze personnifiant la bienheureuse Émilie Gamelin. Métro Berri-UQÀM. Oeuvre de Raoul Hunter))

________________________________

Il y a dans la vie d’un peuple comme le nôtre, des épisodes tumultueux, qui pour un certain nombre, sont vécus comme un bouton d’acné qui crée un malaise que l’on tente maladroitement de camoufler. Les Troubles de 1837-1838 ainsi que les événements d’Octobre ’70 en sont.

Le malheur des peuples dans la transmission de l’histoire c’est de souvent se relayer, de génération en génération, que les lieux communs éculés, répétés ad nauseam comme des mantras grossis, et amplifiés de faussetés voire même de raccourcis qui nous éloignent non seulement de ce qui s’est réellement passé mais nous fait passer à côté du pourquoi d’un tel événement et d’un tel dénouement sanglant.

Un inventaire de l’historiographie portant sur les Troubles de 1837-1838 nous convie plutôt à porter un jugement empreint de nuance. Il arrive que l’on expédie rondement et de manière superficielle le rôle et les diverses actions des protagonistes en cause. Ainsi en est-il, particulièrement, du rôle de l’Église catholique du Québec que l’on expédie souvent en quelques phrases.

Loin de nous l’idée de réécrire l’histoire afin de maquiller les faits et les prises de position connues et documentées de l’épiscopat québécois. À l’époque, faut-il le rappeler, nous sommes loin d’une Église triomphante, cléricale et ultramontaine qui a pu émerger seulement à partir des années 1860. Cet épiscopat du temps des Troubles, est alors fragile et insécure, et en tant qu’autorité constituée du peuple canadien-français, fut pris en tenaille entre le respect de ce que l’on nomme l’autorité civile légitime et le peuple dont il se sentait viscéralement responsable.

À travers différents mandements et lettres, l’épiscopat du Bas-Canada a ordonné au respect de l’ordre établi et à l’obéissance, doublé surtout de la condamnation du recours à la violence et aux armes. l’Église catholique se méfiait de la faction plus radical du mouvement patriote « contaminé », si l’on peut dire, par les idées révolutionnaires européennes. Le spectre de la révolution américaine de 1776 et surtout celui de la révolution française de 1789 hantaient les esprits ecclésiaux.

Si sur les principes, l’épiscopat fut intransigeant, il n’en demeure pas moins que sur le terrain, beaucoup de curés de paroisse ont été près de leur communauté. À Montréal même, Mgr Lartigue dont les cousins étaient au coeur des événements, on pense ici à Louis-Joseph Papineau, à Denis-Benjamin Viger, ne pouvait s’empêcher une certaine empathie familiale pour les patriotes. Mgr Bourget, alors co-adjuteur, fut mandaté pour aller apporter réconfort et nourriture aux prisonniers. Il en était de même d’Émilie Tavernier Gamelin, mieux connue sous le nom de mère Gamelin, fondatrice des soeurs de la Providence, qui s’est dévouée auprès des prisonniers politiques et de leur famille respective.

Et voilà qu’en ce dimanche 19 février 2017, la paroisse Saint-Pierre-Claver de Montréal en collaboration avec la Société Saint-Jean-Baptiste-de Montréal nous convie à participer à une messe en hommage à Émilie Gamelin et aux Patriotes pendus entre 1838 et 1839 suite à l’insurrection et aux événements des années 1837-1838.

À première vue et au regard de l’histoire, il peut paraître un peu contre-nature que la communauté catholique s’associe aux insurgés et aux rebelles de 1837-1838 pour leur rendre hommage alors qu’ils ont subi les foudres de l’épiscopat canadien-français de l’époque. Mais cela relève du regard superficiel sur notre histoire.

Le travail du temps et de la réflexion humaine qui en résulte, permet, à tout un chacun, de faire la part des choses et par le fait même de séparer et de distinguer l’essentiel de l’accessoire. Ainsi, en 1987, soit cent cinquante ans après les événements, l’archevêque du diocèse de Sherbrooke, Mgr Jean-Marie Fortier, en tant que président de l’Assemblée des évêques du Québec, et au nom de l’Église, lève les sanctions imposées aux patriotes de 1837-1838. Dans la même optique, Mgr Charles Valois, évêque du diocèse de St-Jérôme réhabilite le docteur Chénier mort par balle en inhumant ses restes (des cendres dans une urne) au cimetière catholique de Saint-Eustache.

L’échec de l’Insurrection de 1837-1838 mais surtout la répression sanglante et la mise en feu de plusieurs villages (maisons, étables, églises) gracieuseté du général Colborne, futur gouverneur, d’où lui origine le surnom du Vieux brûleur ou du Vieux brûlot a pu mettre à mal le moral d’un peuple annexé politiquement à une autre majorité.

Qu’a cela ne tienne, nous avons pu surmonter l’amertume et le désarroi momentané. Pour tout dire, ni la Conquête, ni la répression sanglante et fumante des événements de 1837-1838, ni les crises de conscription de 1917 et de 39-45, ni les défaites référendaires de 1980 et de 1995 ne peuvent venir à bout d’un peuple qui désormais, au grand dam de John George Lambton, mieux connu sous le nom de Lord Durham, possède une histoire et une littérature… mais aussi une culture, une économie et un Québec inc.

 

MARGUERITE BOURGEOYS ET LA VIE VOYAGÈRE (17 AVRIL 1620/12 JANVIER 1700)

(Portrait esquissé par Pierre Le Ber quelques heures après la mort de soeur Bourgeoys.1700. Huile sur toile. Collection Centre Marguerite-Bourgeoys. Congrégation de Notre-Dame. Montréal.)

(Vitrail. Jeanne Le Ber. Marguerite Bourgeoys. Katéri Tékakwitha. Basilique Notre-Dame)

(Huile sur toile. Les deux tours du fort de la montagne. Georges Delfosse. 1869-1939. Photo: Pascalle Bergeron. Copyright: Univers culturel de Saint-Sulpice)

(Une des deux tours du fort de la montagne à l’entrée du Grand Séminaire de Montréal. Photo: Ville de Montréal 2006. Grand répertoire du patrimoine bâti de Montréal)

(La célèbre chapelle de Notre-Dame-de-Bonsecours et le musée Marguerite-Bourgeoys adjacent. Tourisme Québec)

_________________________________

« Nos fondateurs nous apparaissent grands, non seulement par le labeur qu’ils mettent dans leur oeuvre, labeur effrayant, mais aussi  et peut-être plus, par les lointaines visées qu’ils y renferment. Parce qu’ils travaillent pour un long avenir, tous les jours ils apprennent à se dépasser. »

-le chanoine Groulx. Notre Maître le Passé. 1924.

En ce 12 janvier 2017 comme à tous les ans, au Québec et à certains endroits du monde, nous commémorons la fête de sainte Marguerite Bourgeoys (1620-1700), la première éducatrice de la colonie de Ville-Marie et la fondatrice des soeurs de la Congrégation de Notre-Dame. Nous en prenons prétexte pour vous présenter un court récit de sa vie voyagère et missionnaire.

Né à Troyes (France) le vendredi saint 17 avril 1620 et baptisée le même jour, elle meurt de l’autre côté de l’océan Atlantique le 12 janvier 1700 à Ville-Marie après quarante-sept (47) années de loyaux services. Elle est avec Paul Chomedey, sieur de Maisonneuve et Jeanne Mance l’une des trois figures fondatrices incontournables de ce qu’on a appelé la folle entreprise.

On peut saluer le fait qu’elle est la seule des trois qui nous ait laissé des traces écrites des premières décennies des origines de Montréal. Les Écrits autographes  comme on les appelle n’avaient pas pour premier objectif de magnifier leur auteure pour sa propre postérité mais ils étaient mus par le souci de contrer un prétendu relâchement dans la vie de la communauté et de donner l’exemple de la vertu de ténacité. Elle a aussi entretenue une correspondance avec Dollier de Casson (1636-1701), supérieur de Saint-Sulpice en Nouvelle-France et, à ce titre, seigneur de l’île de Montréal, architecte et historien et finalement l’auteur de la première Histoire du Montréal (1672). Puis, secondairement, elle eut un échange épistolaire avec Monsieur Tronson, supérieur de Saint-Sulpice à Paris.

Un autre élément important et intéressant qui nous permet d’avoir accès à celle que les gens de Ville-Marie appelaient affectueusement « la bonne soeur Bourgeoys », c’est qu’en plus d’avoir en main une sorte de testament autographe de l’une des saintes du Québec, les historiens et les archivistes peuvent, dans leur recherche, prendre aussi appui sur une biographie publiée par un contemporain de Marguerite Bourgeoys, en la personne de son confesseur.

En effet, un dénommé Charles de Glandelet (1645-1725) est l’auteur de La vie de la soeur Marguerite Bourgeoys dite du Saint-Sacrement, institutrice, fondatrice et première supérieure des soeurs séculières de la Congrégation de Notre-Dame établie à Ville-Marie en L’Isle de Montréal en Canada. Une première rédaction du manuscrit est connue 1701 et est suivie d’une amplification en 1705.

Résumons très sommairement la vie de la très jeune Marguerite à Troyes. Dès son enfance et son adolescence, Marguerite Bourgeoys qui est le sixième enfants d’une grande fratrie de douze aime se réunir avec des filles de son âge. Elle avait la facilité et la faculté de réunir autour d’elle des filles pour travailler ensemble. Ainsi, on ne peut être surpris que dans sa vie d’adultes, elle cherchera à établir les mêmes schèmes de vie sociale mais cette fois-ci dans une expérience de vie et d’engagement auprès des autres à l’intérieur d’un cadre religieux et spirituel.

C’est un dimanche 7 octobre 1640 lors d’une procession au couvent des Jacobins de Troyes en l’honneur de la Vierge du Rosaire que Marguerite connut une expérience de conversion profonde et définitive. En prenant la rue, le cortège passe devant l’abbaye de Notre-Dame-aux-Nonnains. Traversant l’entrée principale qui par la splendeur de son portail connu justement sous le nom du Beau Portail, Marguerite vit une statue de pierre de la Vierge Marie. Un « échange de regard » fait naître en Marguerite un temps d’intimité indescriptible à vrai dire de nature spirituelle et mystique. C’est le début d’une transformation intérieure où la jeune fille de Troyes se donne complètement et définitivement à Dieu.

Sous la direction spirituelle du père Gendret, confesseur des Carmélites de Troyes, celui-ci lui fait connaître son intention d’un projet pour honorer la vie voyagère de Marie, mère de Jésus (la Visitation à Élizabeth). Cette vie voyagère prendrait la forme d’une communauté de filles séculières, qui sans tout l’attirail du vêtement religieux et de la clôture du cloître, seraient tout de même d’authentiques religieuses.

Marguerite décide d’entrer dans la congrégation des externes, à l’époque la directrice de la Congrégation est nul autre que Louise de Chomedey, la soeur du gouverneur de Ville-Marie. Celui-ci, en 1652 se trouve en France pour tenter de lever une recrue de près de 200 hommes selon ses intentions initiales. Il passe par Troyes pour aller saluer sa soeur. Et comme un plus un font deux, Louise de Chomedey en profite pour présenter à son frère la jeune Marguerite Bourgeoys. Le gentilhomme la sollicite pour s’embarquer pour la Nouvelle-France afin de faire oeuvre d’éducatrice dans la colonie de Ville-Marie autant auprès des enfants autochtones que des futures enfants des colonisateurs.

Après avoir prié et consulté, Marguerite Bourgeoys opte résolument pour l’embarquement vers Ville-Marie. Qu’on se le dise, en France, dans les milieux lettrés et concernés, on lit avec attention les récits des Relations des missionnaires jésuites. Donc, on connait les obstacles et les périls qui nous attendent. On n’est pas naïf ou insouciant face à la situation critique et violente en Nouvelle-France.

De plus, les traversées océaniques ne sont pas toujours de tout repos. Et l’on peut dire que la jeune Marguerite a cette fois-ci connu son baptême de mer et tout un baptême. En effet, la peste a fait des ravages au sein de l’équipage et a réclamé son lot de morts, huit hommes au total sans oublier les malades qui sont préoccupants. Il y eut de la grogne avec danger d’une mutinerie. Marguerite et les membres de l’équipage ont failli périr en mer. Le Saint-Nicolas a dû rebrousser chemin et revenir à Saint-Nazaire pour réparation.

Selon les mots de Dollier de Casson, Chomedey ne tarit pas d’éloge pour sa nouvelle recrue de Troyes auprès de Jeanne Mance et il n’est pas peu fier d’un autre fruit venant de la Champagne. Au final, Marguerite Bourgeoys arrive à Québec le 22 septembre 1653 puis à Ville-Marie en novembre. Elle doit attendre au moins quatre ans avant d’avoir accès à une école ainsi que d’une recrue d’élèves digne de ce nom.

Alors, entre-temps que faire d’utile? À défaut d’enseigner aux enfants, elles s’occupera des adultes. On rapporte qu’elle se fait la grande soeur des colons. Elle sait tirer son épingle du jeu. Elle s’occupe du lot des Filles du Roy et anime en quelque sorte une agence matrimoniale. Elle est perspicace et elle connaît son monde.

Parallèlement à tout cela, on ne peut passer sous silence son projet de faire construire une chapelle dédiée à Notre-Dame-de-Bonsecours. On sait que Pierre Chevrier, baron de Fancamp, l’autre homme de l’ombre du projet de Ville-Marie avec Jérôme Le Royer, lui avait remis une certaine somme d’argent ainsi qu’une statue de Notre-Dame-de-Bonsecours.

Dès 1657, Marguerite Bourgeoys sollicite quelques colons afin d’ériger la première chapelle Bonsecours celle en bois. Puis, en 1668, l’on procédera à l’érection de la chapelle en pierre (d’ailleurs c’est la première église en pierre de toute l’île de Montréal). Incendiée en 1754. Rebâtie en 1772. Modernisée entre 1885 et 1888. Puis restaurée vers la fin du XXè siècle, la chapelle historique et patrimoniale Notre-Dame-de-Bonsecours toujours vent debout contre toutes les adversités de l’histoire, face au fleuve, ce bâtiment est un témoin-clé de l’origine de Montréal, et de plus, elle est ouverte au public depuis le 24 mai 1998. Un musée Marguerite-Bourgeoys y est adjacent.

Finalement en 1658, une première fournée de gamins et gamines en âge de scolarisation commence leur vie d’écolier dans une étable. Hé oui! Une étable, lieu temporaire gracieuseté du gouverneur Maisonneuve. Puis le projet d’enseignement se développe et les soeurs voyagères vont là où se trouve la marmaille. C’est ainsi, qu’il y aura différente « succursales » dont l’une qui nous intéresse un peu plus en tant que Montréalais. En effet, en 1678, la congrégation de Notre-Dame établit une mission éducative au village amérindien de la Montagne. Après avoir enseignées quelques deux décennies dans des cabanes d’écorce, à la fin du siècle grâce aux bons offices de M. Vachon de Belmont, sulpicien, les soeurs voyagères peuvent habiter et enseigner dans les tours du Fort que l’on peut apercevoir encore sur le terrain du Grand Séminaire de Montréal.

Et puis le temps fait son temps. En décembre 1683, Marguerite âgée de 63 ans a l’intention de démissionner afin de passer le flambeau à des plus jeunes. Mais qui dit flambeau dit feu. Malheureusement, dans la nuit du 6 au 7 décembre, un violent incendie détruit non seulement la maison-mère mais fait périr les deux candidates pressentie à la succession. Marguerite Bourgeoys devra encore pour dix ans faire office de timonière à la barre de sa fondation. Finalement, en 1693, Marguerite peut se permettre de démissionner et soeur Marie Barbier est élue supérieure.

Si au début de sa vie en terre de Ville-Marie, Marguerite s’était liée d’amitié spirituelle avec Jeanne Mance, vers la fin de sa vie, elle vécut un rapprochement avec une fille du pays de la célèbre famille Le Ber. C’était une autre Jeanne. Jeanne Le Ber (1662-1714), fille de Jacques Le Ber, la recluse de Ville-Marie.

Après avoir passée quinze ans comme recluse dans une petite chambre retirée de la grande maison familiale, Jeanne Le Ber veut porter à son ultime développement sa vie de recluse consacrée de Ville-Marie. La jeune recluse et la sage voyagère conclut une entente où chacune y trouve son compte. Jeanne participera financièrement à l’édification d’une chapelle à la maison-mère et en contre-partie Marguerite lui laissera occuper trois petits appartements très restreints avec la possibilité d’avoir un « hublot » donnant sur le choeur de la chapelle d’où elle pourra prier et entendre la messe.

Ainsi, le 5 août 1695, une bonne partie de la population de Ville-Marie, pour ne pas dire toute, est témoin de l’entrée solennelle de Jeanne Le Ber dans son réclusoir à la Congrégation de Notre-Dame. Il faut dire que Marguerite connaissait Jeanne depuis son enfance puisque cette dernière est née à Ville-Marie même, en 1662.

Pour revenir à notre « bonne soeur Bourgeoys », c’est à l’âge de 78 ans pour le bénéfice non seulement de sa communauté mais aussi pour notre historiographie nationale, qu’elle se mit à écrire ses mémoires connues sous le nom d’Écrits autographes. Hélas! un incident dans la communauté ne permettra pas à Marguerite de nous laisser d’autres écrits.

En effet, dans la nuit du 31 décembre 1699, la communauté des soeurs voyagères est conviée à quelques jours de soubresauts de grande intensité et de vives émotions. D’abord, toutes les soeurs y compris Marguerite veillent au chevet de Catherine Charly, la jeune et dynamique maîtresse des novices. Ne pouvant supporter qu’un aussi beau jeune fruit spirituel soit déjà à l’article de la mort, Marguerite, par une prière vraie et directe, implore Dieu de la prendre elle, devenue inutile, au lieu de cette jeune fille encore pleine de promesses.

On dira ce que l’on voudra, et l’on ne peut douter de la proximité et de l’intimité entre Marguerite et Dieu car dès le soir même et tout le reste de la nuit du 1er janvier 1700, la soeur voyagère de la grande recrue de 1653, est prise d’une soudaine fièvre et en meurt le 12 janvier de la même année alors que Catherine Charly se rétablit.

En guise de conclusion, il importe de mentionner qu’avec la mort de Marguerite Bourgeoys se clôt un cycle dans la vie de Ville-Marie/Montréal. Les trois grands pilliers de l’implantation d’une colonie missionnaire en terre d’Amérique et particulièrement sur l’île de Montréal désormais ne sont plus. À la charnière des XVIIè et du XVIIIè siècles, un autre cycle était en train de s’ouvrir et au fil des générations, les héritiers et les héritières de ces pionniers et pionnières de notre roman national et de notre vie nationale n’auront peut-être pas toujours eu le potentiel, les qualités et les vertus nécessaires aux bâtisseurs et aux bâtisseuses d’avenir.

_______________________________

BIBLIOGRAPHIE

Bernard, Hélène. «Bourgeoys, Marguerite, dite du Saint-Sacrement». Dictionnaire biographique du Canada. Vol. 1. Université Laval/University of Toronto. 2003.

Charron, Yvon. Itinéraire spirituel de Marguerite Bourgeoys (1er article)Revue d’histoire de l’Amérique française. Vol. 2. No 2. 1948. p.230-237.

Charron, Yvon. Itinéraire spirituel de Marguerite Bourgeoys (suite)Revue d’histoire de l’Amérique française. Vol. 2. No 3. 1948. p. 351-374.

Charron, Yvon. Itinéraire spirituel de Marguerite Bourgeoys (suite et fin)Revue d’histoire de l’Amérique française. Vol. 2. No 4. 1949. p. 522-539.

Collectif. Textes colligés par Jean-Rémi Brault. Les Origines de Montréal. Actes du colloque organisé par la Société historique de Montréal. Leméac. Montréal. 1992.

ÉDITORIAL: NINCHERI ET MARIE-VICTORIN PASSENT À LA TRAPPE

fresque-nincheri

(Vue d’ensemble de la voûte avec la fresque de Guido Nincheri. Église de la Madonna della Difesa)

mussolini

(Plan rapproché de la fresque avec le personnage du duce Benito Mussolini)

jardins-accueil-jbm013477

(Voie d’accueil du Jardin Botanique de Montréal/Marie-Victorin. Photo: Espace pour la Vie)

jbm

(Les bouquets floraux du Jardin botanique de Montréal/Marie-Victorin dans  leur splendeur estivale)

_______________________________

ICI RADIO-CANADA nous apprend, ou plutôt nous rappelle que l’appellation des parcs Guido-Nincheri et Marie-Victorin passeront à la trappe afin de devenir à eux deux, le Parc-de-la-ville-de-Québec.

En effet, dans le cadre des festivités du 375è de Montréal, la ville de Québec par l’amabilité de son maire Régis Labeaume, fera don à la ville de Montréal d’une oeuvre artistique au montant de 200 000$. Cette oeuvre déployée en quatre colonnes, chacune ornée d’un athlète portant un dossard sur lequel on pourra voir un animal et une date importante de l’histoire de Montréal.

Le hic, c’est que cette oeuvre sera placée, suite à un réaménagement, dans un nouvel espace vert qui englobera les parcs Marie-Victorin et Guido-Nincheri. Ironie de l’histoire ce même parc Guido-Nincheri fait partie des legs du 350è de Montréal de 1992. Doit-on conclure que le 375è défait le 350è?

Il est maintenant de notoriété publique que l’administration Coderre, pour ne pas dire le maire Coderre n’a pas beaucoup de sensibilité pour l’histoire, l’art et la culture en général. On l’a constaté, tout récemment, dans le dossier de la croix inclinée de l’artiste Pierre Ayot (http://ville-marie-express.quebec/index.php/2016/09/24/polemique-autour-dune-replique-de-la-croix-du-mont-royal/. Mais, comment peut-on, en un tourne-main, faire disparaître les noms de deux illustres montréalais que sont, dans un premier temps, le fondateur du Jardin botanique de Montréal, Marie Victorin dont on réclame depuis longtemps dans ces pages l’ajout du nom à celui du Jardin* et dans un second temps de celui qui a gratifié environ 200 églises d’Amérique du Nord de quelques 5000 vitraux à savoir l’artiste Guido Nincheri. Sans oublier, sa renommée fresque qui tapisse le plafond de l’église de la Madonna della Difesa (Notre-Dame-de-la-Défense) aux angles des rues Dante et Henri-Julien dans la Petite-Italie.

Non mais n’est-il pas bizarre que depuis le début des préparatifs vers le 375è, les Montréalais doivent monter aux barricades médiatiques afin de faire valoir le respect de la toponymie montréalaise. En effet, quand ce n’est pas pour garder l’appellation de Champlain pour le nouveau pont qui reliera Montréal et sa rive sud, c’est maintenant les appellations de Guido Nincheri et du frère Marie-Victorin qu’il nous faut sauver.

Mais ce qui est amèrement amusant de constater, c’est que pendant que que le maire Coderre déroule le tapis vert au maire de Québec par le fait de se voir offrir une oeuvre d’art pour Montréal dans le cadre de son 375è, le maire Labeaume qui attend, d’un jour à l’autre, non seulement le retour des Nordiques, mais surtout, la promulgation de la loi sur le statut de Capitale nationale, n’en finit plus de laisser entendre que lorsque la loi 109 sera adoptée, il verra à faire savoir à qui de droit son désagrément, chaque fois qu’un dignitaire étranger pourrait passer par Montréal avant ou au lieu de Québec, la Capitale. À prévoir sous peu, un guéguerre entre la Capitale et la Métropole avant celle tant attendue entre les Nordiques et le CH.

_______________________________

*  Nous avons fait dans ces pages le souhait que le conseiller municipal du district de Marie-Victorin, M. Guillaume Lavoie soit porteur, dans le cadre du 375è, du projet d’ajouter le nom de Marie-Victorin au nom officiel du Jardin botanique de Montréal. Ce qui donnerait Jardin botanique de Montréal/Marie-Victorin. (http://ville-marie-express.quebec/index.php/2016/09/01/editorial-375e-de-montreal-de-lhistoire-il-y-en-aura/).

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1002451/parc-renommer-guido-nincheri-artiste-ville-de-quebec

L’ART PUBLIC PREND LE MÉTRO

MÉTRO UdM

(Station Université de Montréal.Murales 1988. Terre cuite. Emplacements: corridor et mezzanine. André Léonard, architecte.

art_universite-de-montreal_leonard

(Ibidem de l’image ci-haut mais vue de plus près)

art_lasalle_gnass

(Station de métro LaSalle. Murale (1978). Acier inoxydable. Peter Gnass. Emplacement: mezzanine)

151113_q95nq_metro-azur-montreal_sn635

(Un exemplaire de la nouvelle collection de rame de métro style Azur)

d5aa0c86fd216c5e5fdb9d62066f23e6

(Robert Lapalme (1908-1997). Artiste-peintre et caricaturiste. Artiste autodidacte)

_________________________________

Les Québécois en général, et les Montréalais en particulier, sont plus habitués en parlant de leur pays ou de leur ville d’être abonnés à la critique facile et vitriolique. On n’en qu’à penser à notre fameux stade olympique « national », le mal aimé de plusieurs surtout des fumeurs et des fumeuses d’antan qui ont payé par voie, d’une taxe spéciale, les dépassements de coût. À cela s’ajoute, régulièrement, toute la saga de la déchirure de la toile du toit du stade qui passe au bâton même si on n’a plus d’équipe de baseball depuis belle lurette.

Mais pourtant le stade en lui-même en tant qu’objet architectural reste tout de même dans l’ordre d’une certaine élégance respectable. Qui plus est, il est avec l’oratoire Saint-Joseph, la carte postale de Montréal. Qu’on le veuille ou non chers Montréalais et chères Montréalaises, les touristes de partout dans le monde globalisé qu’est le nôtre, apprécient ces deux gros bâtiments au coeur de notre ville et à quelques kilomètres de distance l’un de l’autre. Grand bien nous fasse.

Or, qu’en est-il de notre appréciation de l’une des plus belles réussites au monde à savoir le métro de Montréal avec une coche en-dessous de celui de Washington. Qui d’entre-nous le sait et en profite pour un coût hautement minime pour utiliser un oxymoron? En effet, qui d’entre-nous, entre dans le métro de Montréal en se disant qu’il entre aussi dans un des plus grands musées montréalais d’art contemporain (au plan de la superficie s’entend!)? Mais aussi dans un ensemble de joyaux de l’architecture moderne.

En effet, l’archipel des stations que constitue le réseau du métro de Montréal a été, et ce, dès la création et la mise en route du réseau en 1966, voulu et conceptualisé pour offrir une vitrine à l’art, mais aussi aux architectes créatifs et novateurs ainsi qu’aux artistes québécois.

Ce souci de l’art public inséré dans le projet des stations de métro, nous le devons d’abord au maire de l’époque, en la personne de Jean Drapeau (1954-1957/1960-1986). Mais il se pourrait aussi qu’un dénommé, Claude Robillard, alors directeur de l’urbanisme de la ville de Montréal pourrait être à l’origine du projet d’intégration de l’art dans le métro. De toute façon, il y eut un alignement des astres d’un certain nombre de personnes reliées au projet du métro montréalais et qui poussait dans la même direction à savoir l’originalité architecturale et la mise en valeur de l’art visuel. On peut reprocher un certain nombre de choses à l’administration Drapeau-Saulnier mais on ne peut nier que l’opiniâtreté, des uns et des autres à vouloir imposer des oeuvres d’art dans le métro de Montréal, mérite toute notre reconnaissance. C’est d’ailleurs pourquoi le maire Drapeau a insisté plus que tout pour que la station située tout près de la Place des Arts en porte le nom.

C’est l’artiste-peintre Robert Lapalme (1908-1997), mieux connu au Québec et dans le Canada comme le caricaturiste politique le plus percutant, surtout dans les années du règne de Maurice Duplessis (1936-1939/1945-1959), qui fut le premier titulaire de la fonction de directeur artistique du métro de Montréal.

L’art dans le métro est présente sous la forme d’une centaine d’oeuvres d’art de factures différentes et de matériaux divers. En 2014, le réseau des stations de métro possédait des oeuvres dans 52 des 68 stations. Au rythme que peuvent le permettre les budgets de la STM, en bout de piste ou si l’on préfère en bout de rails, toutes les stations devraient présenter des oeuvres d’art au public-voyageur du métro de Montréal.

Sous la gouverne du premier directeur artistique du métro de Montréal, en la personne de Robert Lapalme, celui-ci favorisa exclusivement l’intégration d’oeuvres figuratives et historiques ayant pour thème principal la fondation et l’histoire de Montréal.

Mais cette politique administrative et artistique restrictive et excluant de facto les oeuvres abstraites donc non-figuratives et porteurs d’autres thèmes, souleva une controverse de la part du groupe des automatistes québécois en particulier avec Marcelle Ferron et son projet de vitraux à la station Champ-de-Mars.

Dans la foulée de cette controverse publique, Robert Lapalme sera remplacé par le peintre Jean-Paul Mousseau (1927-1991) issu du groupe des automatistes qui fut directeur artistique de 1972 jusqu’au milieu des années 80, et, qui favorisera une approche moins directive et plus ouverte, à l’évidence à l’art contemporain. Avec en sus, une volonté d’intégrer l’oeuvre à l’ensemble architectural d’une station de métro et non pas après coup. Autrement dit, à la différence de l’époque du directeur Lapalme où les oeuvres apparaissaient après la construction d’une station, désormais l’oeuvre serait pensée et développée en concomitance avec la charpente architecturale de la station.

Il importe de souligner que les mandats de construction des stations de métro ont été distribués à différentes firme d’architectes autant lors de la première phase (1966) que dans la seconde (1976) sans oublier la troisième phase de développement avec la ligne bleue (1986-1988) afin de favoriser différent concept de station de métro. La station LaSalle, en est un bon exemple. On peut dire, sans jeu de mots, qu’elle remporte la palme d’une station de métro dont l’ensemble architectural fait office d’oeuvre d’art. Tout y a été pensé dans une totalité architecturale, artistique et esthétique.

Si, à l’évidence, l’art public du métro prend la forme de vitraux, de mosaïques de céramique, de murales en terre cuite, d’objets hétéroclites, il peut arriver aussi à certaines stations que la dimension esthétique et artistique se traduisent dans des aspect plus fonctionnel comme les bancs, les éclairages, les rampes voire même la signalisation!

Mais qui dit quarante ans (premier métro, 1966) ou même trente ans (premier prolongement, 1976), dit usure des matériaux, affaiblissement de la luminosité artificielle. C’est pourquoi en 1986 un programme d’entretien et de restauration des différentes oeuvres fut mis sur pied. Ce qui est dans l’ordre des choses.

Aucun court article à lui seul ne peut suffire pour parler des oeuvres d’art de chacune des stations. Sans oublier, le travail de conceptualisation architecturale des différentes stations. Nous tenterons, tout de même, dans le cadre de l’année du 375è de Montréal qui vient, d’en faire un bref inventaire afin d’outiller le quidam qui prend le métro tous les matins ou tous les soirs de semaine pour se rendre au boulot sans oublier les autres qui utilisent le métro à n’importe quelle heure de la journée ou de la fin de semaine afin de prendre le métro non pas juste pour l’utiliser mais surtout pour le visiter.

_______________________________

P. S. Nous savons très bien que le Comité du 375ème ne peut financer toutes les propositions qui lui ont été soumise suite à l’appel de projets. Mais nous nous expliquons mal comment sur un budget de plusieurs millions de dollars, le comité d’approbation n’a pas été sensible au projet soumis par la Fondation Lionel-Groulx qui prévoyait l’apposition de plaques commémoratives dans 28 stations de métro afin d’expliquer aux utilisateurs mais particulièrement aux touristes, l’origine des noms donnés à ces stations. Hé bien! Grand bien nous fasse, la Fondation Lionel-Groulx en collaboration avec la STM et un commanditaire assumeront les coûts de ce projet significatif.

______________________________

http://www.stm.info/fr/a-propos/decouvrez-la-STM-et-son-histoire

http://www.metrodemontreal.com/index-f.html

BIBLIOGRAPHIE

Adamczyk, Georges, «La ville et le métro», Vie des Arts, no 68, 1972, p. 38-41. Erudit.org

Le Grand, Jean-Pierre, «Le métro à la vitesse de la lumière», Vie des Arts, vol. 33, no132,1988, p. 44-47. Erudit.org

Lepage, Michèle, «L’art dans le métro: prochaine station: restauration», Continuité, no 113, 2007, p. 15-17. Erudit.org

d’Orgeix, Émilie, «Le métro: un rêve magnifique», Continuité, no 53, 1992, p.14-18. Erudit.org

Viau, René, «Un métro sans graffiti», Vie des Arts, vol. 23, no 94, 1979,p. 16-21. Erudit.org

INAUGURATION DE LA PLACE ÉTIENNE DE LESSART (1623-1703)

etienne-de-lessart

(Un dessin non officiel représentant Étienne de Lessard)

signature-etienne

(Une reproduction de la signature d’Étienne de Lessart)

plaque-plel

(La plaque localisant la place Étienne de Lessart. Photo: Christophe Maillet)

mot-de-la-mairesse

(Le moment de l’adresse de la mairesse de Chambois, Mme Véronique Chabrol. Photo: Thaddée Grzesiak)

ruban

(Mme Paulette Billaux qui vient de couper le ruban officialisant la place Étienne de Lessart. Photo: Christophe Maillet)

marcel-et-mme

(Mme Pauline Billaux, l’abbé Lessard se tenant la main (centre) à droite la mairesse. Photo: Christophe Maillet)

thaddee-et-marcel

(Thaddée Grzesiak et l’abbé Lessard)

marcel-et-christophe

(L’abbé Lessard et Christophe Maillet. Photo: Thaddée Grzesiak)

________________________________

Nous vous en avions parlé lors d’un précédent article, c’est désormais officiel, à Chambois, le samedi 17 septembre 2016, une bonne partie des Chamboisiens ont participé à l’inauguration de la place Étienne de Lessart (1623-1703).

Plusieurs peuvent se demander pourquoi une telle inauguration d’un personnage relativement inconnu au plan historique? Tout simplement parce que les Chamboisiens se font un devoir d’honorer l’un de leurs fils qui fut partie prenante de l’aventure du projet de colonisation de ce qu’on a appelé la Nouvelle-France.

Arrivé en Nouvelle-France en 1646, à l’âge de 23 ans, Étienne devint en quelques années de présence en terre d’Amérique française, seigneur de l’Île-aux-Coudres par concession du gouverneur Frontenac (1622-1698) et co-seigneur de Lanoraie sans oublier le fait d’être pionnier de la côte de Beaupré.

Et parlant de la côte de Beaupré, les gens de la grande région de Québec savent qu’Étienne de Lessart est connu et reconnu comme celui qui a donné les terrains sur lesquels les trois premières églises de Sainte-Anne-de-Beaupré furent bâties. On connaît la suite à savoir l’émergence de la basilique de Sainte-Anne-de-Beaupré et sa reconnaissance internationale comme lieu de pèlerinage.

Derrière l’inauguration de la place Étienne de Lessart, il y a surtout le travail acharné de Pierre et de Paulette Billaux et, bien sûr, de l’appui de toute une petite communauté villageoise sise à Chambois. Chambois c’est, en quelque sorte, un petit village français comme on aime se les imaginer où il est encore permis au temps de prendre doucement son temps. Plus précisément, Chambois est une commune d’un peu plus de 500 habitants du département de l’Orne en Normandie et faisant partie du diocèse de Sées.

La rédaction de VILLE MARIE-EXPRESS a été sensibilisé à ce projet d’une place Étienne de Lessart à Chambois par l’abbé Marcel Lessard qui depuis longtemps connaît son « ancêtre » et s’intéresse à son parcours historique en Nouvelle-France. Lors d’un voyage en France en 1992, dans le cadre du 350è de Montréal, l’abbé Lessard avait eu vent qu’un monsieur Pierre Billaux vivant à Chambois pouvait amplement lui parler d’Étienne de Lessart.

Quand au début de l’été 2016, il fut officiel que le projet de la place Étienne de Lessart allait se concrétiser le samedi 17 septembre 2016, aussitôt, Pierre et Paulette Billaux firent parvenir un courriel à l’abbé Lessard afin de l’inviter à participer à cette inauguration. La boucle était ainsi bouclée: la visite surprise et improvisée en 1992 de l’abbé Lessard chez les Billaux trouva tout son sens et toute sa résonnance affective en cette journée du samedi 17 septembre 2016 sur la désormais place Étienne de Lessart.

_____________________________

P.S. Monsieur Pierre Billaux étant souffrant, il n’est venu que quelques minutes sur la place Étienne de Lessart. C’est pourquoi vous ne le voyez pas sur les photos.

P.S. (2) Merci à nos deux photographes que nous avions « délégués » sur place. Pour dire vrai Thaddée Grzesiak (Hiers-Brouage) et Christophe Maillet (La Flèche) sont deux amis français bien connu du rédacteur en chef de VILLE-MARIE EXPRESS et évidemment de l’abbé Marcel Lessard.

P.S. (3) Thaddé Grzesiak et Christophe Maillet nous ont fait parvenir plusieurs photos. Mais malheureusement un certains nombre d’elles sont impossible techniquement à recevoir dans notre photothèque. Nous tentons de solutionner cette dificulté.

_____________________________

EN COMPLÉMENT

http://www.lejournaldelorne.fr/2016/09/25/etienne-de-lessard-a-desormais-sa-place/

ÉTIENNE DE LESSART (CHAMBOIS 1623/SAINT-ANNE-DE-BEAUPRÉ 1703) PIERRE BILLAUX ET LA RÉSISTANCE

 

chambois

(Vue aérienne d’une partie de la commune de Chambois)

etienne-de-lessart

(Un dessin non officiel représentant la bouille d’Étienne de Lessart)

etienne-de-lessart-2

(Un encadré résumant la biographie d’Étienne de Lessart)

pierre-billaux_2

(Pierre Billaux. Photo du jeune résistant à l’âge de 18 ans)

pierre-billaux

(Monsieur Pierre Billaux décoré de la Croix de la Légion d’honneur remise par Mme Françoise Comte, présidente départementale des combattants de la Résistance)

p1010645

(Pierre Billaux entouré à gauche par une amie d’Amnesty International et à sa droite par sa douce Paulette)

_______________________________

La rédaction de VILLE-MARIE EXPRESS est heureuse de présenter un texte portant sur un colon français venu s’établir en Nouvelle-France et qui n’est point lié directement à la fondation de Ville-Marie. Son port d’attache est plutôt la ville de Québec et son environnement. Cela fera plaisir au maire actuel de notre vraie Capitale Nationale, le maire Régis Labaume. Il s’agit d’un dénommé Étienne de Lessart dont le nom de famille a pu s’orthographier Lessard avec le temps. Et qui a donné à la longue, la lignée familiale des Lessard dans tout le Québec.

Étienne de Lessart est né à Chambois (France), un petit hameau, qui aujourd’hui est une commune française d’environ 425 habitants (statistique de 2010). À quelque quatre siècles de distance, c’est aussi le village natal du philosophe français bien connu Michel Onfray.

Le jeune Étienne s’embarque pour la Nouvelle-France à l’âge de 22 ans. Il s’établit à Québec en 1646. Il y exercera, d’abord, le métier de caboteur. Puis, il se fera cultivateur, capitaine de milice et seigneur (propriétaire terrien).

Le 8 mars 1658, Étienne de Lessart concède certaines terres en vue de la construction de la première chapelle de bois dédiée à Sainte Anne, personnage, particulièrement, prisée et vénérée en Nouvelle-France. C’est ainsi que commença l’histoire de la basilique de Sainte-Anne-de-Beaupré.

Lors du recensement de 1681, il déclara avoir 59 ans, être marié à Marguerite Sévestre, 45 ans, et, avoir dix enfants dont l’aîné s’appelle Étienne. Puis, au plan plus matériel, il se dit propriétaire de trois fusils, sept bêtes à cornes et quarante arpents en valeur.

Il meurt le 19 avril 1703, victime comme d’autres habitants de la Nouvelle-France de l’épidémie de petite vérole qui sévissait alors. Puis, le 21 avril 1703, Étienne de Lessart est enterré sous la sacristie de l’église de Sainte-Anne-de-Beaupré.

Mais pourquoi donc vous entretenir de belles considérations sur Étienne de Lessart? Hé bien, pour deux raisons voire même trois. Premièrement, un vieil ami à nous du nom de Marcel Lessard se réclame de la descendance de ce Étienne de Lessard ou du moins s’est, depuis longue date, reconnu dans cet ancêtre homonyme (Lessart/Lessard) de la Nouvelle-France.

Puis en 1993, l’abbé Lessard, lors d’un voyage en France, sachant que quelqu’un pouvait l’informer un peu plus sur Étienne de Lessart osa aller frapper à la porte d’un dénommé Billaux. Il découvrit alors Pierre et Paulette Billaux avec lesquels les aménités furent partagées, particulièrement autour d’un bon repas préparé par Paulette.

Avec les années, une amitié discrète s’est installée entre le couple français des Billaux et l’abbé Lessard. Au coeur de cette amitié, il y a bien sûr Étienne de Lessard. Mais, il y a aussi, ce qu’il y a de l’ordre de l’indicible, et, qui réfère aux années quarante dans la France occupée. En effet, Pierre Billaux est, en quelque sorte, un rescapé de la Deuxième Guerre mondiale.

À l’âge de 18 ans, le jeune Pierre Billaux fait dans la résistance. Mais les autorités françaises étant au parfum des activités de la Résistance de Chambois, la Gestapo y mène une opération de captures le 3 mai 1944. Le jeune Billaux est arrêté et interné à Alençon puis transféré à Compiègne.

Le 28 juillet 1944, il est finalement déporté au camp de Neuengamme (Allemagne) puis à Blumenthal (Allemagne). Puis dans ce qui s’avère une opération d’élimination massive de l’ennemi, 10 000 prisonniers sont embarqués dans des wagons à bestiaux jusqu’à Lübeck pour être transférés dans trois bateaux destinés à être coulé au large. Seul, celui où se trouve Pierre Billaux s’en sort.

Et, pour la petite histoire locale, mais qui a un retentissement historique plus large, c’est non loin de Chambois qu’eut lieu une bataille décisive contre les Allemands à moins d’un an de la capitulation. Connue sous le nom de la bataille de la Poche de la Falaise, les soldats polonais de la 1ère division blindée du général Maczek bloquent et mettent en déroute l’armé allemande au Mont Ormel, tout près de Chambois. Les Allemands battent en retraite le 21août 1944. Ainsi prend fin la bataille de Normandie.

Aujourd’hui, Pierre Billaux soutenue par son épouse Paulette, en plus d’être membre honoraire d’Amnesty International, a été, au cours des dernières années, un vaillant promoteur d’une place Étienne de Lessart à Chambois en mémoire de ce jeune chamboisien de 22 ans qui a participé à l’aventure des débuts de la Nouvelle-France.

En conclusion, un vieil ami à nous, en la personne de l’abbé Marcel Lessard, participera le samedi 17 septembre 2016 à l’inauguration de la place Étienne de Lessart sous l’invitation officielle de la mairesse de Chambois, Mme Véronique Chabrol. Mais aussi, sous l’invitation amicale de M. Pierre Billaux, quelques semaines avant les formalités habituelles que requièrent ce genre d’invitation. Vive le Québec! Vive la France! Vive la Nouvelle-France! Vive à ce qui reste disponible à advenir!

_______________________________

P.S. Si vous voulez, par curiosité, prendre connaissance du carton d’invitation envers l’abbé Marcel Lessard de la mairesse de Chambois, Mme Véronique Chabrol, cliquez le lien.

invitation-individuelle-inauguration-place-etienne-de-lessart-2

 

 

 

 

BROUAGE, LA VILLE, SON ÉGLISE, SON MÉMORIAL SON CHAMPLAIN (1567/ 1574?-1635)

 

église s. Pierre.s. Paul (BROUAGE)

  (L’église Saint-Pierre et Saint-Paul de Brouage. Construction terminée en 1608. Édifice inscrit au titre des monuments historiques de France en 1931)

                             

S.PIERRE. S PAUL. BROUAGE

(Vue de l’intérieur de l’église Saint-Pierre et Saint-Paul. Le sol de l’église est couvert de nombreuses dalles funéraires qui datent du XVIIè siècle et sous lesquelles reposent d’anciens gouverneurs, militaires et riches commerçants d’autrefois)

 

BROUAGE 1

(L’épopée de l’Isle Sainte-Croix. 1604. Premier établissement français en Amérique du Nord. Sous le commandement de Pierre Du Gua de Mons. Champlain faisait partie du voyage. Don du Nouveau-Brunswick représenté par M. Richard Hatfield, premier ministre. 1982. Réalisation: Nicolas Sollogoub)

 

BROUAGE 2

(Fondation de la ville de Québec par Samuel de Champlain. 1608. Don de la ville de Québec représentée par M. Jean Pelletier, maire. 1983. Réalisation: Nicolas Sollogoub)

 

BROUAGE 3

(Hommage à la cité de Brouage. Don de l’État français conjointement avec la région Poitou-Charente, le département, la commune, le Comité du mémorial et la paroisse. 1987. Carton et maquette: Nicolas Sollogoub. Réalisation: Jacques Viviani)

BROUAGE 4

(Souvenance: L’Ontario au temps de la Nouvelle-France. Don de l’Ontario représentée par M. Bob Rae, premier ministre. 1991. Réalisation: Stephan Taylor)

 

BROUAGE 5

(Le bienheureux François de Montmorency-Laval (1623-1708). Don particulier de Mme Simone Guichard. 1995. Réalisation: Nicolas Sollogoub)

 

BROUAGE 6

(Le Québec au fil de son histoire. Don du Québec représenté par Mme Diane Lemieux, ministre d’État à la Culture et aux Communications. 2001. Réalisation: Nicolas Sollogoub)

 

BROUAGE 7

(Les Origines de Montréal (1642). Don de la ville de Montréal représentée par M. Gérald Tremblay. 2007. Réalisation: Nicolas Sollogoub)

 

BROUAGE 8 (AlCaribou)

(Jeanne Mance. 2015. Réalisation: Nicolas Sollogoub)

(En attente pour 2017-2018, un vitrail dédié à Marguerite Bourgeoys)

_______________________________

SOLLOGOUB

(Nicolas Sollogoub. 1925-2014. À Montréal en 2011. Photo: LE DEVOIRAnnick MH de Carufel)

_______________________________

Magritte.Pipe.

(Ceci n’est pas une pipe. René Magritte.1898-1967)

CHAMPLAIN

(Ceci n’est pas Champlain. Faux portrait de Samuel de Champlain à partir d’une gravure de Michel Particelli, un financier au service du roi, par Balthazar Moncornet en date de 1654. Bibliothèque et Archives du Canada)

2000px-Charente-Maritime-Position.svg

(Situation géographique de la région de Charente-Maritime)

_______________________________

Brouage (Charente-Maritime) c’est la ville natale de Samuel de Champlain (1567/1574?-1635) connu comme le fondateur de l’Habitation de Québec (1608). Ce grand cartographe, navigateur et explorateur a donné son nom à un pont qui enjambe la rive nord et la rive sud du Saint-Laurent à Montréal. Lorsque récemment, le gouvernement fédéral décida de la construction d’un nouveau pont pour remplacer l’ancien devenu, précocement vétuste, il a eu la velléité et le malheur d’en vouloir changer le nom (2014).

Hé bien, croyez le ou non, il y eut à Montréal voire même au Québec une levée de bouclier pour défendre la nomination du nouveau pont. Pour les Montréalais, l’ancien pont Champlain devait être remplacé par un nouveau pont au nom de Champlain . Le gouvernement fédéral de l’époque (gouvernement Harper. 2006-2016) soucieux d’éviter la grogne populaire quelques mois avant l’élection de 2016 et, de ne surtout pas perdre la face devant les Montréalais et les Québécois, décida au final de remplacer le nom du pont Champlain par le pont Samuel de Champlain! Le gouvernement Harper ayant, tout de même, plus ou moins perdu la face dans le dossier de la nomination du pont Champlain perdit en plus l’élection d’octobre 2015. Et, depuis ce temps, l’on ne voit plus la face de M.Harper!

À coup sûr, l’on peut associer le nom de Champlain à la tentative finalement réussie d’une habitation en Acadie (1604) sous la gouverne, tout de même, de Pierre Du Gua de Mons. Mais par définition, l’on associe plutôt Champlain à la fondation de l’Habitation de Québec. Mais il ne faut pas oublier que Champlain a foulé le sol de la future Ville-Marie.

En effet, la curiosité de Champlain en tant que cartographe et explorateur de la côte est de l’Amérique du Nord, a fait en sorte, qu’en 1611, il s’est arrêté sur la pointe de terre circonscrite par le fleuve Saint-Laurent et la petite rivière Saint-Pierre sur laquelle il créa la place Royale autour de laquelle sera construite, quelque trente ans plus tard, la bourgade fortifiée de Ville-Marie (1642). Cet espace sera connu plus tard sous le nom de la Pointe-à-Callière (Hector Callière) d’où est né le Musée d’archéologie et d’histoire de Montréal situé sur la Pointe-à-Callière! Comme dit le poète toutt est dans toutt.

Hé bien, imaginez-vous, chers lecteurs et chères lectrice que les bonnes gens de Brouage ont décidé de créer un Mémorial dédié à la fondation de la Nouvelle-France. Ce Mémorial de la Nouvelle-France se décline artistiquement et principalement par l’équivalent de huit vitraux (en attente d’un neuvième) installés à travers la pierre de l’église Saint-Pierre et Saint-Paul de Brouage.

Nous avons reçu ces dernières semaines un membre très pro-actif du comité du Mémorial de la Nouvelle-France de Brouage en la personne de M. Thaddée Grzresiak. Avec un nom de famille comme cela ça fait plus polonais que français. Effectivement, M. Grzesiak est un Français d’origine polonaise! Et, en ce temps d’Euro 2016, cela nous a permis de parler foot, d’autant plus qu’au moment d’écrire ces lignes la France et la Pologne se sont qualifiées pour les quarts de finale et que malheureusement, l’Angleterre vient de connaître, en l’espace de quelques jours un second Brexit, cette fois-ci face à l’Islande, l’équipe cendrillon de l’Euro 2016.

C’est une première prise de contact avec Brouage mais c’est probablement le début de ce qui pourrait aboutir à une Amitié Montréal-Brouage ou Amitié Brouage-Montréal. Nous savons que M. Grzesiak a rencontré des soeurs de la Congrégation de Notre-Dame (c.n.d.), des Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph (r.h.s.j.) ainsi qu’une bonne partie du gratin de Montréal dont nous même sans oublier l’incontournable, abbé Marcel Lessard, la référence du diocèse de Montréal, en ce qui a trait aux liens et aux amitiés Montréal/Nouvelle-France depuis près de vingt-cinq ans (1992-2016…). Comme vous le constatez la modestie nous sied bien!

Nous reviendrons sous peu sur ce futur ancrage entre Brouage et Montréal parce que ce Mémorial de la Nouvelle-France qui se décline artistiquement en huit vitraux (en attente d’un neuvième) en l’église Saint-Pierre et Saint-Paul de Brouage, hé bien, ce neuvième vitrail sera dédié à la mémoire et à la vie engagée de Marguerite Bourgeoys (1620-1700) fondatrice de la Congrégation de Notre-Dame. Il pourrait être inauguré en 2017, en plein moment des célébrations du 375è de Montréal ce qui serait vivement souhaité ou au plus tard en 2018.

Et surtout, nous reviendrons sur le maître-verrier Nicolas Sollogoub (1925-2014) qui a créé la majorité des vitraux de Brouage mais aussi pour vous dire que M. Nicolas Sollogoub, malheureusement, plus ou moins connu dans notre ville, est cet artiste derrière les verrières d’un certain nombre de stations de métro de Montréal, particulièrement la station McGill!

______________________________

http://www.ledevoir.com/culture/actualites-culturelles/413888/nicolas-sollogoub-1925-2014-le-quebec-perd-un-pionnier-de-l-art-public

http://ici.radio-canada.ca/regions/montreal/2014/11/29/001-nom-futur-pont-champlain.shtml

 

ÉDITORIAL. UN JUBILÉ À LA HAUTEUR D’UN PEUPLE (1642-2017) SUITE ET FIN

500

(Page couverture du livre Histoire du Montréal de François Dollier de Casson. Nouvelle édition critique par Marcel Trudel et Marie Baboyant)

François_Dollier_de_Casson

(Portrait de François Dollier de Casson 1681)

___________________________________

Les célébrations d’un 375è anniversaire de la fondation d’une ville qui a participé à l’émergence d’un peuple doit être l’occasion de se permettre quelques petites « fantaisies » qui pourraient venir bousculer notre confort et notre indifférence.

Voici pourquoi, la rédaction de VILLE-MARIE EXPRESS émet certains souhaits que certaines personnes en poste de responsabilités pourraient voir à mettre en oeuvre. On apprend, incidemment, que le diocèse de Montréal vient, enfin, de procéder à la nomination d’un coordonnateur des projets diocésains en lien avec le 375è anniversaire de la fondation de Montréal en la personne de Monsieur Charles Langlois, p.s.s. Mis à part les activités protocolaires, conventionnelles et liturgiques, nous avons hâte de savoir qu’elles sont au juste les projets diocésains prévus au programme. D’autant plus que par cette nomination tardive, nos éminences diocésaines donnent l’impression de découvrir, tout à coup, le 375è de Montréal. Comme si le colloque sur Jérôme Le Royer de La Dauversière tenu à La Flèche et au diocèse du Mans (8-9 avril 2016) n’avait pas existé. Comme si la Société historique de Montréal et Ville-Marie Express n’était pas aux aguets et en contact avec nos amis Fléchois. Je pense à M. Jean Petit et son épouse Nicole, M. Christophe Maillet, M. François Cléret, curé de la paroisse Saint-Thomas de La Flèche , Mmes Jeanine Blanche, r.h.s.j., et Armande Nicole, r.h.s.j. . Michel Boissinot. Sans oublier M. Jean-Paul Pizelle de Langres (Jeanne Mance), Mme Marie-Claire Feisthauer et M. Claude Feisthauer (Langres) et M. Jacques Cousin de Neuville-sur-Vanne (Maisonneuve). Qu’on nous permette de se demander ce qu’il y aura à coordonner. M’enfin comme disait Gaston Lagaffe.

Pour revenir à nos doléances, d’abord deux documents d’archives mériteraient d’être rapatriés temporairement à Montréal en 2017 concernent étroitement les origines de Montréal. Le premier est un brouillon corrigé et annoté, rédigé de la main même de Jérôme le Royer, donc un olographe, si l’on se fie à dom Guy-Marie Oury. Ce brouillon c’est le Dessein des Associés de Montréal, il se trouve aux Archives du Séminaire Saint-Sulpice à Paris.

Le deuxième document d’archive s’intitule Histoire du Montréal de François Dollier de Casson (1672) qui est, en quelque sorte, la première rédaction d’une histoire de Ville-Marie. Une photocopie du manuscrit original serait conservée à la bibliothèque Mazarine de Paris (Marie Baboyant et Marcel Trudel) tandis que selon les dires de dom Guy-Marie Oury, l’original se trouverait à la bibliothèque du séminaire de Saint-Sulpice à Paris.

Dans un tout autre ordre d’idée, nous avons mis la main sur une pièce de théâtre écrite par la romancière Laure Conan (1845-1924) intitulée Aux jours de Maisonneuve. Ce drame historique en cinq actes est une adaptation pour le théâtre de son roman l’Oublié, ouvrage littéraire couronné par l’Académie française en 1903 (prix Montyon).

Le roman comme la pièce raconte par l’entremise de l’imagination de l’auteure les amours du sergent-major Lambert Closse, l’un des hommes les plus appréciés de la jeune colonie, et d’Élizabeth Moyen autour des années 1660. Gravitent autours des deux principaux personnages, Maisonneuve, Jeanne Mance, Marguerite Bourgeoys, Monsieur de Queylus, Dollard et ses compagnons, M. et Mme D’Ailleboust.

La pièce fut créée le 21 mars 1921, par une troupe d’amateurs sur la scène du Monument national à Montréal. Malheureusement, la pièce n’a pas eu la même appréciation que le roman. Qu’importe, rares sinon inexistantes sont les oeuvres théâtrales québécoises mettant en scène l’époque de la colonie de Ville-Marie. Alors il serait à souhaiter qu’une troupe semi-professionnelle voire même professionnelle permettent aux Montréalais d’aujourd’hui de la voir et de l’apprécier.

L’an dernier, le 25 mai, plus précisément, le conseiller municipal de Marie-Victorin, Guillaume Lavoie dans un texte publié dans Le Devoir intitulé « Qu’en est-il de la dimension historique? » s’alarmait avec d’autres du peu de présence de l’histoire dans les activités du 375è.

À l’époque, nous avons eu un rendez-vous manqué avec M. Lavoie pour une proposition de projet. Nous tenterons sous peu une relance. Notre proposition concerne le Jardin botanique de Montréal. Pourrait-il être possible que cet espace vert porte le nom de Jardin botanique Marie-Victorin. Puisqu’il existe un Planétarium Rio Tinto Alcan sur le même lieu, il nous semble que l’ajout du nom du fondateur de ce Jardin soit dans l’ordre du possible et du souhaitable.

Le fameux vitrail de Jérôme Le Royer que l’on trouve et voit par hasard en se promenant sur les Cours Le Royer mériterait ne serait-ce que pendant l’année du 375è d’être pourvu d’un éclairage artificiel lorsque le soleil nous fait défaut que ce soit le jour ou la nuit. On objectera que puisque c’est un vitrail, il est à la merci du soleil. Qu’à cela ne tienne, un éclairage artificiel lui donnerait du lustre de jour comme de nuit surtout en ce 375è.

Je ne peux terminer cet éditorial rédigé en deux parties sans justifier un tant soit peu son intitulé à savoir Un jubilé à la hauteur d’un peuple (1642-2017). En quoi la célébration et la commémoration de la fondation d’une ville peuvent revendiquer vouloir être à la hauteur d’un peuple?

D’abord à l’instar de la fondation de Québec (1608), la fondation de Montréal (1642) doit être considérée comme ayant été à la base de la naissance d’un peuple issu de la France, à l’époque monarchique et catholique, et qui après bien des turbulences et des insouciances a su malgré tout ne pas juste survivre mais surtout résister et tenter, parfois vainement, parfois vaillamment, de vivre en tant que peuple dans la langue de Molière, de Voltaire, de Vignault, de Tremblay, et j’en passe.

Que cela plaise ou non, il nous faut savoir qu’il fut un temps, où l’Amérique boréale pouvait revendiquer le nom d’Amérique française qui se déployait sur un très grand territoire. Mais les aléas de l’histoire, particulièrement la Conquête britannique de 1760 puis la force de développement des États-Unis ont fait en sorte qu’en Amérique, nous sommes numériquement 2% de parlants français. Mais 80% ou presque au Québec.

Mais encore pire sous l’Empire britannique de 1760 à nos jours, on nous a mis sciemment en minorité partout dans les autres provinces et territoires sauf au Québec (80% approx.). Hélas, les héritiers du rapport Durham sont toujours à l’oeuvre pour tenter, inexorablement, de nous mettre ici aussi en minorité car ils savent très bien que la loi du nombre fait fi de tout. Bien sûr, il n’en tient qu’à nous de passer de statut de minoritaire à un statut de majoritaire mais cela c’est une autre affaire.

Donc, célébrer et commémorer la fondation de Montréal ce n’est pas seulement se divertir, s’éclater et surtout se travestir en anglais pour inciter les touristes à venir à Montréal en 2017 mais c’est d’abord se souvenir que le groupe de fondateurs et de fondatrices, que ce soit de la première, de la deuxième ou même de la troisième recrue, chacun et chacune à leur manière, n’ont pas seulement été à l’origine de la fondation d’une ville que ce soit Québec ou Montréal et celles qui ont suivie mais que ces fondations ont été le socle sur lequel s’est développé un peuple particulier en Amérique. Les Français d’Amérique devenus par la force des choses les Québécois, Cela sans oublier, le peuple Acadien et les minorités franco-canadiennes.

Et puis, quand on dit cela, ça ne veut pas dire qu’on n’aime pas les « autres » et puis que l’on est grégaire et obtu. Vous allez voir au cours de l’été 2016 avec l’Euro (soccer) qui commence dans quelques jours (10 juin-10 juillet)  et les Jeux de Rio (5 août -21 août)  ce que c’est que le sentiment national. Quand l’Italie, l’Ukraine ou même la Turquie gagnera un match de foot, vous allez entendre selon le quartier que vous habitez la symphonie des klaxons pour dire comment on est heureux pour « notre » Italie, pour « notre » Ukraine, pour « notre » Turquie.

Et ce sentiment national se transmet de génération en génération sans savoir toujours comment l’expliquer. Allez vous asseoir à une terrasse de la Petite-Italie un jour de match de la Squadra Azzura (l’équipe italienne), vous n’y verrez pas que des vieux papi mais des jeunes adultes, des familles qui n’attendent qu’un but de l’Italie pour crier, s’époumonner et se réjouir du succès de leur équipe « nationale ».

Ouf! Tout ce grand détour pour expliquer nos attentes face aux célébrations et aux commémorations de la fondation de Montréal que nous voulons à la hauteur d’un peuple! D’un peuple comme les autres! Voire même d’un peuple mieux que les autres!

P. S. Ayant eu une mère italienne et un père québécois (canadien-français) pendant l’Euro mon coeur balance entre l’Italie et la France. Mais qu’importe, comme je demeure tout près de la Petite-Italie c’est là que je vais fêter! En attendant d’avoir une équipe québécoise même à l’intérieur de la confédération canadienne à l’instar des États constitutifs du Royaume-Uni comme l’Angleterre, l’Irlande du Nord et le Pays de Galles sans oublier l’Écosse qui, malheureusement, ne s’est pas qualifiée pour l’Euro 2016, trop épuisée par le référendum! Notre coup de coeur ira à l’Italie et à la France!

_________________________________

LECTURES SUGGÉRÉES

Marcel Trudel et Marie Baboyant, L’Histoire du Montréal de François Dollier de Casson, Éditions Hurtubise HMH, Montréal, 1992.

Baboyant, Marie, Une mise à jour de l’histoire du Montréal de François Dollier de Casson (1672) dans Les Origines de Montréal, Actes du colloque organisé par la Société historique de Montréal, textes colligés par Jean-Rémi Brault, Leméac, 1992.

________________________________

L’article de Guillaume Lavoie, conseiller municipal du secteur Marie-Victorin.

http://www.ledevoir.com/politique/montreal/440899/375e-anniversaire-de-montreal-qu-en-est-il-de-la-dimension-historique

 

 

 

16 MAI 2016. LES RELIGIEUSES HOSPITALIÈRES DE SAINT-JOSEPH FONT LA NOUVELLE

 

Site RHSJ_Sans logo_11x8

(Comme indiqué dans la légende, voici par vue aérienne l’ensemble du site des Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph. Source: Google Maps. Cliquez une première fois sur la photo, puis cliquez deux fois pour un meilleur focus)

________________________________

Nous apprenions ce lundi 16 mai, à la veille du 374ème anniversaire de la fondation de Montréal (17 mai 1642) ce qui semble être un heureux dénouement entre la communauté des Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph et la Ville de Montréal, sous l’administration du maire Denis Coderre, qui va acquérir les terrains et les bâtiments de la communauté dans le secteur qui environne l’avenue des Pins, la rue Saint-Urbain et l’avenue du Parc afin d’en assurer la pérennité. Nous relayons pour de plus amples informations ce bel article ainsi que ce télé-reportage d’Anne-Marie Despatie sur ICI Radio-Canada.ca Info.

http://ici.radio-canada.ca/regions/montreal/2016/05/16/002-montreal-acquisition-religieuses-hospitalieres-patrimoine.shtml?isAutoPlay=1

 

 

 

 

 

 

CENT ANS DE COMMÉMORATION (1917-2017)

p52-canada-1

(La place d’Armes et le monument de Maisonneuve. Photo: Shane Mc Donald. Cliquez sur la photo. Le point focal se déplace)

p52-canada

(La basilique Notre-Dame. Vue de l’intérieur. Photo: Shane Mc Donald. Cliquez sur la photo. Le point focal se déplace)

_______________________________

Il fut un temps dans notre Québec tricoté serré et trempé dans l’eau bénite où le mois de mai était connu comme le mois de Marie. Époque révolue, époque inconnue, sinon de celles et ceux qui ont un certain âge.

Or le mois de mai devrait devenir le mois de Montréal afin de nous préparer annuellement à la commémoration de la fondation de notre ville. L’année prochaine, dans le cadre des festivités du 375ème, s’invitera aussi le 100ème anniversaire de la messe annuelle et des cérémonies civique et militaire commémorant l’arrivée le 17 mai 1642 de la première recrue de colons sur la désormais Pointe-à-Callière avec à leur tête Paul Chomedey de Maisonneuve et Jeanne Mance.

En effet, c’est en 1917 qu’est formé un premier comité de citoyens de Montréal afin de commémorer les débuts de la bourgade de Ville-Marie. Victor Morin (1865-1960), alors président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, assumera aussi la présidence de ce comité et ce jusqu’en 1947. Cet éminent notaire et échevin municipal sera aussi président de la Société historique de Montréal de 1916 à 1928. Comme on le constate, il est une figure incontournable de la première moitié du XXème siècle montréalais.

Les activités de commémoration de 1917 s’étendent sur deux jours, les 17 et 18 mai. Elles débutent par une grand-messe pontificale célébrée, semble-t-il, non par l’archevêque de Montréal de l’époque Mgr Paul Bruchési, mais plutôt par l’évêque auxiliaire Mgr Georges Gauthier (1871-1940) et le tout atteint son apothéose avec un Te Deum d’action de grâce à la basilique Notre-Dame.

Dans l’après-midi du 17 mai, la foule de participants est invitée à former des petits groupes pour une promenade historique dans les rues de Montréal. En fait, sous l’impulsion de Victor Morin, c’est le début d’une visite annuelle commentée du Vieux-Montréal afin de se coller à notre patrimoine historique situé dans ce lieu de mémoire.

Et pour cette première promenade de 1917, d’éminentes personnes feront office de guides pour chacun des groupes. Mis à part, M. Morin, que nous avons déjà présenté, l’on retrouve Aegidius Fauteux (1876-1941), historien, journaliste et auteur d’un dictionnaire biographique inachevé sur les Patriotes de 1837-1838 , Casimir Hébert (1879-1951), professeur de langue, bibliothécaire à la bibiliothèque Saint-Sulpice ainsi que président de la Société linguistique du Canada, Edouard-Zotique Massicotte (1867-1947), avocat de formation, journaliste, puis historien du folklore canadien-français avec son ami Marius Barbeau.

Cette promenade comme il se doit se termine à la place d’Armes où la foule réunie de nouveau entendra des discours dont celui de l’échevin du quartier Lafontaine de la Cité de Montréal et surtout une sommité de l’époque en médecine dentaire qui fut aussi doyen de la faculté de médecine dentaire de l’Université de Montréal, Eudore Dubeau (1873-1953). Puis protocole oblige, une prise de parole du consul général de France, Charles-Jules-Joseph Bonin.

Le lendemain 18, un comité est mandaté pour se rendre à l’Hôtel-de-Ville afin d’y cueillir le maire Médéric Martin (1869-1946) (celui-là même qui décida de mettre un terme à l’alternance d’un maire francophone et d’un maire anglophone en proclamant le droit des francophones d’élire un maire de leur langue à chaque élections) ainsi que les conseillers municipaux pour se rendre au monument Marguerite-Bourgeoys, puis au monument Jeanne-Mance, puis à la place D’Youville pour aboutir au monument Maisonneuve sur la place d’Armes.

À chacune des étapes, tout un chacun des notables-citoyens y vont encore de leur discours, l’archevêque, le maire et le président des fêtes. Puis les écoliers de 1917 ne sont pas laissés pour compte. Dans toutes les écoles de Montréal, on y va d’une célébration en mémoire de Maisonneuve (à l’époque, l’on n’est pas sensible au rôle de Jeanne Mance). Puis les gamins et gamines et les grands ados entonnent à pleins poumons l’Ô Canada et en guise de récompense un congé est accordé à tous les élèves.

De nos jours, la commémoration de la fondation de Montréal existe toujours. Elle se tient annuellement le dimanche le plus proche du 17 mai. Cette année ce sera le dimanche 16 mai. Il y aura d’abord, à 11h00, la célébration d’une messe par l’archevêque de Montréal, Christian Lépine à la basilique Notre-Dame suivie d’une cérémonie civique, protocolaire et militaire sur la place d’Armes. Et, pour mémoire, il existe toujours des visites commentées du Vieux-Montréal le jour même.

Vous pourrez voir et entendre les militaires du Régiment de Maisonneuve parader et tirer du fusil accompagnés des corps de cadets et cadettes qui se font un devoir et un honneur d’être présent surtout depuis que la Ville de Montréal a octroyé le droit de cité et donné l’autorisation au Régiment de Maisonneuve d’arborer les armoiries de la Ville sur son drapeau régimentaire.

Nous vous disions un peu plus haut, qu’habituellement, la messe de commémoration de la fondation de Montréal avait lieu le dimanche le plus près du 17 mai. Or, exceptionnellement, cette année ce n’est pas le cas. Alors, le dimanche 22 mai 2016, l’on se contente d’une 99ème commémoration en attendant la 100ème.

______________________________

SOURCES CONSULTÉES

Denis Racine, Le 275è anniversaire de la fondation de Montréal en 1917, Cap-aux-Diamants: la revue d’histoire du Québec, No 119, automne 2014. Accès seulement à un court résumé par l’entremise de Érudit.org.

Répertoire du patrimoine culturel du Québec, Ministère de la Culture et Communications.

_____________________________

LIENS UTILES

http://www.societehistoriquedemontreal.org/

http://www.shanemcdonald.me/tag/montreal/