LE CONGRÈS EUCHARISTIQUE DE MONTRÉAL (1910): QUAND HENRI BOURASSA FAIT LA POLITESSE À MGR BOURNE

 

(Arche au coin des rues Cherrier et Saint-Hubert. 1910. Bibliothèque et Archives nationales du Québec/BAnQ. CP 5897.

(Grand’Messe en plein air du Congrès eucharistique. BAnQ. CP 5889)

(L’immense et majestueux Reposoir. Parc Jeanne-Mance. Congrès eucharistique de Montréal 1910. Dessin publié par le journal protestant Montreal Witness. Centre d’histoire de Montréal)

_________________________________

Si dans nos livres d’histoire d’ici et dans nos revues savantes, l’on parle du congrès eucharistique de 1910, c’est moins pour ses processions de l’ostensoir que pour ce fameux discours de Henri Bourassa tenu le 10 septembre 1910 en réplique aux propos de Mgr Bourne, archevêque de Westminster (R.U.).

En ce début de XXè siècle,dans le Québec tricoté à la laine catholique et de mailles de langue française s’est tenu du 6 au 11 septembre 1910, le XXIè Congrès eucharistique international. C’était le premier tenu en sol américain. Presque une semaine de rassemblements, de célébrations eucharistiques, de processions d’ostensoir dans les rues de ville sans oublier les discours politiques à connotation religieuse et les sermons de toutes sortes.

Pourtant nos évêques n’avaient pas lésiné sur les moyens pour en faire une réussite et pour plaire aux différents convives et invités d’honneurs. En effet, le chanoine Georges Gauthier, alors curé de la Cathédrale, fut délégué pour accompagner Mgr Bourne pendant son parcours vers Montréal à bord du célèbre paquebot Empress of Ireland. Navire qui, comme on le sait, fit naufrage quelques années plus tard dans l’estuaire du Saint-Laurent le 29 mai 1914 tout près de Rimouski.

Pour mettre nos lecteurs et lectrices en contexte concernant la réception du discours de Mgr Bourne, il importe de dire que la plupart des évêques irlandais du Canada français de l’époque et particulièrement ceux de l’Ontario, qui avaient abandonné depuis belle lurette le gaëlique pour mieux embrasser la langue d’Angleterre et du pays de Galles, auraient bien trouvé avantageux que les Canadiens-français vivants sous l’Acte de l’Amérique du nord britannique fassent de même. L’on constatera la chose avec le Règlement 17 concernant le régime scolaire en Ontario (1912-1927)

Dans cette optique, sans pour autant vouloir, intentionnellement, conforter « nos » évêques irlandais ainsi que la minorité anglophone, l’Archevêque de Westminster au Royaume-Uni, Mgr Bourne, qui avait pris soin de visiter l’ouest canadien avant de se pointer un samedi soir 10 septembre 1910, à la basilique Notre-Dame eut le malheur de proposer, plus ou moins subtilement aux Canadiens-français, que le meilleur moyen de gagner les immigrants de l’époque et des générations futures à la foi catholique, aurait avantage à se faire dans la langue anglaise.

Si l’Église catholique veut gagner les immigrants cela ne s’accomplira qu’en faisant connaître à une grande partie du peuple canadien, dans les générations qui vont suivre, les mystères de notre foi par l’intermédiaire de notre langue anglaise.

C’était sans compter sur l’impétuosité mesurée de Henri Bourassa, fondateur et directeur du tout nouveau journal montréalais Le Devoir. En effet, le journaliste et homme politique, le moment venu, répliqua ce qui suit

La meilleure sauvegarde de la conservation de la foi chez trois millions de catholiques d’Amérique, le meilleur garant de cette foi, c’est la conservation de l’idiome dans lequel, pendant trois cents ans, ils ont adoré le Christ.

Il n’en fallut pas plus pour que l’assistance chiffrée au nombre de 15 000 personnes se lève d’un bond et se mit à crier et à applaudir à tout rompre.

Connu désormais sous le nom du « Discours de Bourassa », bien que l’on pourrait l’intituler plutôt « Réplique de Bourassa à Mgr Bourne » le texte fait partie de l’histoire des textes et discours incontournables pour connaître l’histoire d’un peuple.

Selon le chercheur Guy Laperrière, le Congrès eucharistique de 1910 est l’un des trois événements avec les funérailles du frère André en 1937 et la visite de Jean-Paul II en 1985 à Montréal ayant éveillé la ferveur religieuse de la société montréalaise.

_________________________________

 

 

« ENCORE DEBOUTTE » L’ACADIE 413 ANS DÉJÀ (1604-2017)

(Le drapeau de l’Acadie. Le Tricolore de la France révolutionnaire et républicaine mais avec en plus une étoile jaune sur la bande bleu.)

(Carte de l’Acadie d’aujourd’hui. Société nationale de l’Acadie)

(Vue d’ensemble de la reconstitution de l’établissement de Port-Royal. Photo: l’abbé Marcel Lessard. 14/07/2017)

(Vue de l’intérieur de l’établissement de Port-Royal. Photo: l’abbé Marcel Lessard. 14/07/2017)

(Henry Wadsworth Longfellow. Buste. sculpteurs: Philippe et Henri Hébert. 1920. Grand-Pré. Photo: Dena Vassallo)

(Évangéline. Statue de bronze. 1920. Grand-Pré. Sculpteur: Philippe Hébert. Photo: Dena Vassallo)

_________________________________

Les Acadiens et les Québécois ont une parenté lointaine. Nous partageons de glorieux aïeux en les personnes de Champlain, de Marc Lescarbot et du lieutenant général de Henri IV, Pierre Du Gua de Mons.

Pour beaucoup d’entre-nous, l’Acadie nous est connue par les chansons d’Édith Butler et d’Angèle Arsenault, par les prestations théâtrales de Viola Léger incarnant le personnage de la Sagouine, ainsi que des romans d’Antonine Maillet sans oublier la poésie de l’incontournable Herménégilde Chiasson. Quant à Zachary Richard, il nous a fait découvrir non seulement les Cajuns mais aussi le parler cajun!

Mais à vrai dire l’Acadie est un pays sans pays. Un pays sans État, sans frontière juridique. État de coeur plutôt qu’entité politique et juridique. L’Acadie c’est un concept géographique mais un concept vivant au coeur de chaque Acadien et de chaque Acadienne. L’Acadie c’est là où il y a un Acadien.

Il y a, bien sûr, l’Acadie des Maritimes ou l’Acadie de l’Atlantique à savoir les Acadiens du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse, de l’Île-du- Prince-Edouard et un petit reste à Terre-Neuve-Labrador. Mais il y a aussi les Acadiens de la dispersion. Pensons à la Louisiane et à toutes les petites « Cadies » du Québec ou aux États-Unis voire même en France.

L’Acadie, «ceste terre de bénédictions», comme le disait en 1639 son gouverneur Isaac de Razilly dans une lettre à Marc Lescarbot, l’auteur et créateur du Théâtre de Neptune, fut aussi une terre au climat relativement hostile et ravageur d’hommes. En effet, c’est en juin 1604 que sous la direction de Du Gua de Mons qu’on procéda à une première tentative d’établissement en terre d’Amérique septentrionale sur l’île Sainte-Croix où sévit un hiver désastreux pour une bonne partie de l’équipage soit près de la moitié de ses hommes y sont passés à la trappe.

On déménagea les pénates du côté de Port-Royal dans la Nouvelle-Écosse d’aujourd’hui. Et pour briser la monotonie du grand « hivernement » et raviver l’esprit de la troupe, Samuel de Champlain, l’illustre second de Du Gua de Mons, fonda à Port-Royal, l’Ordre de Bon Temps pendant l’hiver 1606-1607.

Hélas! le territoire de l’Acadie représentait un lieu stratégique pour assurer la suprématie en terre d’Amérique septentrionale à l’un des deux empires coloniaux de l’époque qu’étaient la France et l’Angleterre. C’est ainsi que de 1604 à 1713, l’Acadie changea de mains à sept reprises.

De 1604 à 1755 donc sur 151 ans, l’Acadie de l’époque est sous juridiction anglaise pendant environ 80 ans donc plus de la moitié. Mais les choses se corsent de plus en plus pour la souveraineté française en terre d’Acadie. Finalement, en 1710, Port-Royal tombe définitivement aux mains des Britanniques et qui mènera au fameux traité d’Utrecht de 1713.

Un traité est un traité, il ne dure que le temps où l’un des belligérants décide de le transgresser. Entre 1713 et 1755, il y a toujours possibilité que la France récupère ses territoires perdus en Acadie. Les Acadiens sont toujours pris entre l’exigence d’un serment d’allégeance à la couronne britannique et un certain lien de parenté avec la France métropolitaine.

Mais il faut dire qu’au fil du temps et des générations, autour de 1750 les Acadiens se sentent beaucoup plus Acadiens que Français. À l’instar des Français de la Nouvelle-France qui sont petit à petit devenus Canadiens- Français et que les Anglais des colonies britanniques le long de la côte est se sont de plus en plus sentis Américains vers 1775-1776 que Britanniques, mis à part les Loyalistes, s’entend.

Mais entre le fameux serment d’allégeance et le soutien à la France reconquérante, l’ensemble des Acadiens de l’époque ont épousé le principe de neutralité entre les deux. C’était le début du ni-ni, qui en bout de ligne ne plaisait ni aux Français mais surtout ni aux Britanniques.

Bien qu’un projet de déportation soit dans les cartons de l’administration anglaise depuis 1720 ce n’est que vers 1755 que le choix s’impose définitivement afin d’assurer la sécurité militaire mais aussi pour effacer et éradiquer toute trace de présence française de l’Acadie et éventuellement de toute la Nouvelle-France et ainsi prendre possession du territoire. Ne pouvant plus tolérer les Neutrals French que sont les Acadiens, l’on procède à la Déportation massive des Acadiens. D’abord, ceux de la Nouvelle-Écosse suivi de ceux de l’Île Saint-Jean.

Mieux connu sous le nom du « Grand Dérangement », de 6 000 à 7 000 habitants sur 14 000 à 15 000 habitants sont dispersés entre les colonies anglaises du littoral est qui n’en veulent pas nécessairement. Ils sont souvent fait prisonniers. En 1758, 2 000 à 3 000 habitants sont expédiés en France.

Ne restant pas passifs, des Acadiens sauvent leur peau en se cachant ici et là, dans les forêts. Ils sont souvent aidés et protégés par les Mics Macs et les Etchemins qui sont plus favorables aux Français qu’aux Anglais. D’autres se réfugient au Canada (Nouvelle-France), à l’Île Saint-Jean, au cap Breton, dans les Antilles, sur la Baie-des-Chaleur sans oublier Saint-Pierre-et-Miquelon. Quant à la Louisiane, les Acadiens n’y furent pas déportés. Ce sont plutôt eux qui l’on rejoint en pensant y trouver un territoire français mais à cette période, la Louisiane appartenait aux Espagnols! C’est ainsi que les Acadiens de la Louisiane sont devenus des Cajuns.

Malgré les turpitudes et les aléas du temps, l’époque de la survivance a cédé le pas au temps de l’affirmation nationale acadienne. En 1881, à Memramcook, lors du premier Congrès national des Acadiens, il y avait sur la table, une proposition demandant que la fête nationale soit le jour de la Saint-Jean-Baptiste afin de favoriser un rapprochement avec les Canadien-Français de tout le Canada mais particulièrement de ceux du Québec.

Finalement, pour se singulariser mais aussi parce que les Acadiens se considéraient, en quelque sorte, comme une société distincte, tiens, tiens, les congressistes optent pour adosser leur fête nationale à une autre fête religieuse catholique à savoir l’Assomption de Marie. C’est ainsi que depuis ce temps, le 15 août de chaque année, l’on célèbre la Fête nationale des Acadiens des Maritimes, des Acadiens de la dispersion mais aussi des petites « Cadies » du Québec et des États-Unis d’Amérique.

En 1884, soit trois ans plus tard, lors du Congrès de Miscouche, les Acadiens par la voix des ses congressistes se donnent un drapeau national.  Le Tricolore, soit celui de la France révolutionnaire et républicaine ce que les Acadiens de l’époque ne sont point. Ils y fixent sur la bande bleue une étoile jaune or, le jaune papal pour y signifier leur attachement à l’Église catholique et souligner le rôle de l’Église dans la vie des Acadiens. L’étoile pour saluer la Vierge Marie, l’étoile de la mer. Puis, les délégués entonnent l’Ave Maris Stella qui devient officiellement l’hymne national des Acadiens et des Acadiennes.

Mais cette Acadie, à l’instar du Québec, est « tombée » dans la modernité dans les années soixante du siècle précédent. Elle reste tiraillée entre son passé et son possible destin. Si elle ne peut revendiquer un pays acadien qui s’étalerait sur trois voire quatre provinces de l’État canadien, l’Acadie d’aujourd’hui continue de reposer sur la force de ses réseaux associatifs tout en s’impliquant dans l’arène politico-politique, là où se trouve le vrai pouvoir politique.

Sa littérature, est évidemment plurielle, mais elle se berce ou se balance entre le traumatisme de la Déportation et la possibilité d’entrer, tout de même, dans la modernité des sociétés de démocraties libérales occidentales en voyant dans la Dispersion une manière diversifiée d’être Acadiens. Selon qu’on lise Michel Roy et L’Acadie perdue (1978/Québec-Amérique) ou des auteurs plus jeunes enjambant la tragédie du Grand Dérangement pour en faire le marche-pied d’une Acadie plus que survivante. Un peu comme l’essayiste Léonard Forest qui tente et expérimente La jointure du temps (1997/Perce-Neige) afin de pouvoir malgré tout concilier l’Acadie historique voire traditionnelle et l’Acadie contemporaine.

Comment ne pas parler du poème Évangéline de Henry Wadsworth Longfellow dont un buste se trouve à Grand-Pré, lieu devenu symbole des déportations grâce à cet écrit. Cette sculpture est l’oeuvre de Philippe et Henri Hébert. Elle fut dévoilée, en juillet 1920, par une lady britannique. Fallait le faire! Non mais, il faut avoir l’esprit visiblement tordu pour demander à une représentante du Conquérant de dévoiler le buste de l’auteur d’un poème si accablant pour ses « illustres » ancêtres comme Lawrence, Winslow et j’en passe. Ah! L’arrogance insouciante du conquérant! Dans un tel contexte, on ne se surprendra pas que les Acadiens ont boycotté la cérémonie.

Bon. Tout ce grand détour par l’histoire parce qu’en ce 15 août 2017, jour de Fête nationale et de Fête patronale de Notre-Dame-de-L’Assomption, la rédaction de VILLE-MARIE EXPRESS veut saluer nos cousins et cousines de l’Acadie. Ils sont de quatre années nos aînés. Comme nous, ils sont issus de la même tige. Lors des États généraux du Canada français (1966-1969), l’on a consacré et confirmé la fracture de celui-ci. Le Canada français s’est divisé en trois: l’Acadie, le Québec et l’ensemble des minorités francophones des autres provinces du Canada. Les trois vont leur destin comme ils peuvent mais les trois entités d’origine française se doivent de garder et de nourrir les liens de leur francité et de leur histoire peut importe le statut politique que pourrait choisir un jour le Québec.

Vive l’Acadie. Vive l’Acadie d’antan. Vive l’Acadie de 2017. Vive l’Acadie libre…dans un Canada uni!

P.S. Nous apprenions aujourd’hui même 15 août 2017 par ICI-RADIO-CANADA que la cathédrale Notre-Dame-de-L’Assomption (diocèse de Moncton) inaugurée en 1940 est officiellement désignée monument historique national par la Commission des lieux et monuments historiques du Canada.

«VIVE MONTRÉAL, VIVE LE QUÉBEC…VIVE LE QUÉBEC LIBRE» – CHARLES DE GAULLE. 24 JUILLET 1967.

(Le général de Gaulle au balcon de l’Hôtel de Ville de Montréal. À gauche, la tête entre deux gerbes de fleurs, le maire de Montréal de l’époque, Jean Drapeau. 1967. Photo: AFP)

(Le général de Gaulle avec vue sur la place Jacques-Cartier dans le Vieux-Montréal. 1967. Photo: Archives de Montréal)

(La Une du Journal de Montréal. 25 juillet 1967.)

(Carte de la Nouvelle-France. De la Baie d’Hudson au Golfe du Mexique en passant par l’Océan Atlantique, les Grands Lacs et le Mississipi. C’était tout cela la Nouvelle-France. En bleu sur la carte.)

__________________________________

Que de fois pour un événement somme toute banal ou pour le moindre exploit, l’on en fait un événement dit historique. En fait, tout événement est par nature historique puisqu’il s’accomplit dans l’histoire mais un événement vraiment historique est, en quelque sorte, un moment qu’on nomme transhistorique. Cela pour dire que c’est un événement qui a non seulement un impact au moment où il se produit mais surtout qu’il continue d’exercer une certaine résonance après son accomplissement.

Les Allemands ont un mot pour signifier cette réalité transhistorique et dont la prononciation comme vous le constaterez est d’une simplicité rare, Wirkungsgeschichte. C’est en quelque sorte l’épaisseur, la profondeur que peut prendre une parole, un événement, voire même une oeuvre d’art à travers les couches de l’Histoire.

Tout ce grand détour, pour parler de ce 24 juillet de l’an de grâce 1967. Il s’en est passé des choses « historiques » en 1967. Qu’on nous fasse grâce de ne pas les nommer ici, vous n’avez qu’à suivre l’actualité.

Notre historien national, l’abbé Lionel Groulx venait tout juste de nous quittés en mai 1967 qu’arrive le général de Gaulle sous l’invitation du premier ministre du Québec Daniel Johnson que le président français appelait affectueusement « mon ami Johnsonnne »!

On a beaucoup péroré sur le fait de savoir si cette déclaration d’amour politique au Québec était improvisée, faite sous le coup de l’émotion ou quelque chose de bassement préméditée de la part de celui qui jadis c’était résolu à se délester de l’Algérie française.

Ce que l’on peut dire, c’est que son arrivée par bateau lui permettait de faire un accroc au protocole. S’il avait pris l’avion, il aurait été obligé de commencer sa visite par Ottawa, capitale, unilingue anglaise, dans un Canada bilingue, là où le nombre le justifie. « Notre » général était résolu à marquer cette visite sous le signe de la France qui se souvient qu’elle a une certaine dette envers ce qui fut jadis la Nouvelle-France.

Son parcours le long du Chemin du Roy en ce 24 juillet 1967 fut en quelque sorte son chemin de Damas avec les héritiers de l’Amérique française. L’enthousiasme des foules tout au long de son périple commencé à Québec pour se terminer en apothéose à Montréal semble avoir insuffler une émotion telle qu’on n’en peut imaginer au pays de Descartes et du cartésianisme.

Mais il est évident qu’en s’appropriant le slogan du mouvement indépendantiste du Québec, il savait sûrement, à sa manière, qu’il mettait le pied sur la ligne Maginot afin de franchir le Rubicon ce qui le mettrait en délicatesse avec le gouvernement canadien et qu’ainsi le sort des relations triangulaires Québec-France-Canada en était jeté « Alea jacta est  » comme disait l’autre.

De Gaulle est mort avant d’avoir terminé la rédaction de ses Mémoires nous privant ainsi de son explication et de son explicitation de cette journée mémorable du 24 juillet 1967. Mais en novembre 1967, il s’en est expliqué un peu dans une entrevue. En effet, lors de cette entrevue, il avait, entre autre chose, laissé entrevoir la possibilité d’un Québec pays souverain.

À l’époque, il est vrai qu’il a pu passer pour un malpoli de venir cracher, in situ, dans la soupe constitutionnelle canado-québécoise. Mais un certain devoir face à l’histoire exigeait de lui de jouer la ligne de risque. Il s’était souvenu qu’une bouture française avait été semée en terre d’Amérique plus de trois cents ans auparavant et qu’il était du devoir de l’ancienne mère-patrie de dire à ce peuple d’ascendance française «Je vous ai compris» . (À suivre).

LE MÉRITE DIOCÉSAIN IGNACE-BOURGET 2017

(LA VISITATION. Tableau. Scène biblique. Alessandro Bonvicino dit Il Moretto Da Brescia. XVIè siècle. École italienne)

__________________________________

Comme à tous les ans, dans le cadre de la fête patronale du diocèse de Montréal, fête de La Visitation, l’Archevêque de Montréal profite de ce moment pour remercier soit une personne soit un organisme qui témoigne d’un dévouement, d’une générosité et d’un certain rayonnement dans notre diocèse.

Pour la petite histoire et par souci historique, rappelons que la médaille du Mérite diocésain Ignace-Bourget fut remise une première fois en 1979 par feu le cardinal Paul Grégoire, archevêque de Montréal de 1968 à 1990. Depuis ce temps, près de 300 personnes ou organismes ont été honorés.

En ce 31 mai 2017, soufflé par le 375è anniversaire de la fondation de Montréal, l’Archevêque de Montréal, Christian Lépine remettra la médaille du Mérite diocésain Ignace-Bourget à six organismes qui ont un lien particulier avec les origines de Montréal ou qui souligne un anniversaire de fondation.

Ainsi, la Compagnie de Jésus, les Religieuses hospitalières de Saint-Joseph, la Congrégation de Notre-Dame, la Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice, la Société historique de Montréal et la Mission chinoise du Saint-Esprit seront les récipiendaires de cet honneur diocésain.

Le président de notre vaillante Société historique de Montréal, Monsieur Jean-Charles Déziel recevra au nom de la Société cette distinction honorable. La Société historique de Montréal a été fondée en 1858 par quatre personnes dont le premier maire de Montréal Jacques Viger. La rédaction de VILLE-MARIE EXPRESS est heureuse de rappeler à ses lecteurs et ses lectrices que notre premier article fut consacré justement à l’histoire de l’origine de la Société historique de Montréal suivi d’un deuxième article qui se voulait un résumé biographique de ce premier maire de Montréal que fut Jacques Viger.

Les membres de la Société historique de Montréal, (dont nous sommes), et, sur lesquelles rejaillit cet honneur se rendront sûrement nombreux à la Cathédrale Marie-Reine-du-Monde, située dans le secteur ouest de la ville par la volonté expresse de Mgr Ignace Bourget qui voulut planter en plein coeur du Montréal des Affaires et du Montréal protestant, un majestueux lieu de culte catholique qui serait la Reine des basiliques de l’Amérique du Nord.

Si vous voulez en savoir un peu plus sur la Société historique de Montréal et sur Jacques Viger vous pourrez consulter les deux articles que nous avons rédigés. Sélectionnez Archives mars 2015 pour le premier article et Archives avril 2015 pour le second.

_________________________________

LIEN AVEC LES ARCHIVES

http://ville-marie-express.quebec/index.php/2015/03/

http://ville-marie-express.quebec/index.php/2015/04/

LIEN UTILE

https://www.societehistoriquedemontreal.org/

 

D’UN 17 MAI À L’AUTRE (1642-2017)

((Carte de l’Amérique du nord. En bleu, tout le territoire ayant été sous la gouverne de la couronne Française. L’Amérique française c’était ça.)

(Maquette du Fort Ville-Marie. Musée d’Archéologie et d’histoire de Montréal. Photo: Radio-Canada. Novembre 2016)

(Une vue de Montréal depuis la Tour du Stade Olympique. Photo: Abdallah Hussein. 17 octobre 2010.)

P.S. N’oubliez pas de cliquer sur toutes nos photos pour leur agrandissement

________________________________________

Du 17 mai 1642 au 17 mai 2017, il s’en est passé des événements, des histoires, des générations d’hommes et de femmes pour faire de la bourgade de Ville-Marie une grande ville de catégorie internationale qui peut faire notre fierté malgré ses nids de poules printaniers.

Comme peuple, il faut se rappeler que les villes de Montréal et Québec furent au tout début de la colonisation française les postes-pivots de ce vaste territoire que représentait la Nouvelle-France d’Amérique du nord avant que l’histoire et la démission nous ratatine à ce petit réduit de Province of Quebec consécutif à la Conquête de 1760 par les Britanniques. Mais ça c’est une autre histoire. On y reviendra.

Pour revenir expressément à nos fondateurs et fondatrices, les Montréalistes d’antan, qu’on ne peut réduire à quelques personnages devenus historiques, comme Maisonneuve et Mance, aussi illustres soit-il et soit-elle, tous ceux et celles qui en parlent dans les jours que nous vivons n’ont que de bons mots.

Hélas, de notre côté, sans vouloir faire bande à part, nous confesserons quelques reproches à nos aïeux. D’abord, commençons par là où tout a commencé avec Jérôme Le Royer de La Dauversière et sa vision d’une colonie missionnaire sur l’île de Montréal. En tout respect, notre Jérôme, semble-t-il, n’a point vu dans sa vision, tous les Iroquois qui se cachaient derrière chaque arbre de la vaste forêt qu’était Montréal à l’époque.

Bien avant que débarquent, les Français dans la vallée du Saint-Laurent, pour une raison qui échappe, partiellement encore aux historiens, sinon que par un souci de vengeance lié à un principe de justice, les Iroquois avaient décidé d’exterminer les Huron-Wendats. Les premiers Français se sont trouvés plus d’affinités avec ces derniers et en s’y alliant devenaient objectivement des ennemis pour les Iroquois. Mais en s’installant sur l’Île de Montréal en plein coeur d’un territoire qui fut jadis occupé par les Iroquois et qui restait pour le commerce des fourrures un lieu stratégique, la recrue de 1642 ne savait pas dans quel guêpier elle venait de mettre les pieds.

C’est pourquoi quand le gouverneur de la Nouvelle-France, Huault de Montmagny offrit en 1641 à Maisonneuve de s’installer plutôt sur l’Île d’Orléans ou dans les environs, on aurait épargné beaucoup de sang versé. Imaginez, aujourd’hui l’Île d’Orléans. Finis, les 42 milles de choses tranquilles. On l’aurait mis en mini jupe and speak english comme le chantait Félix. Et le maire Coderre serait à un jet de pierre de son vis-à-vis le maire Labeaume!

On connaît par quelle célèbre boutade, l’officier de 29 ans de Neuville-sur-Vanne refusa la proposition du gouverneur: « Monsieur, j’irai à Montréal tel qu’on m’y envoie même si tous les arbres de cette île se changeaient en autant d’Iroquois » * . Nous ne savons pas par quel présage le jeune gouverneur de Montréal avait vu si juste car effectivement de 1642 jusqu’aux années 1660, on eut, chez les pionniers de la colonie, la nette conviction qu’il y avait sur l’île de Montréal autant d’Iroquois que d’arbres.

Malgré la rebuffade, le gouverneur de la Nouvelle-France, Montmagny, accompagna la première recrue jusqu’à la pointe de terre se trouvant au confluent d’un bras de la rivière Saint-Pierre et du fleuve Saint-Laurent selon une ancienne indication provenant de Champlain qui avait jadis fait du repérage dans le secteur.

Dès leur arrivée,soit le samedi 17 mai, l’on procéda à la cérémonie civique de la remise de possession du territoire au premier gouverneur de Montréal en la personne de Paul Chomedey, sieur de Maisonneuve. Nous qui connaissons maintenant l’histoire de nos origines montréalaises, c’est aussi à Jeanne Mance qu’on aurait dû remettre les titre de possession! Mais ça aussi c’est une autre histoire.

Si nos fameux saints jésuites canadiens, martyrs des Iroquois, ont payé de leur vie leur tentative missionnaire de rencontre culturelle et d’évangélisation, il faut aussi ne pas perdre de vue que la première décennie d’installation des colons (1642-1653) fut ponctuée d’incessantes attaques. Dans un tel contexte, l’existence du projet missionnaire voulu par les Associés de la Société de Notre-Dame de Montréal fut remise en question autour de l’an 1651. Un certain désarroi commençait à se faire sentir. Non seulement, qu’on perdait trop d’hommes mais dans un tel contexte, il était impossible d’oeuvrer au projet de sédentarisation et d’évangélisation auprès des autochtones.

On suppose, bien sûr, quelques conciliabules entre Maisonneuve et Jeanne Mance afin d’établir l’état des lieux et d’envisager une solution autre que la fermeture des livres. Car il ne faut jamais perdre de vue, que le projet d’une colonie missionnaire sur l’Île de Montréal dans l’optique des membres de la Société de Notre-Dame que se soit La Dauversière, Pierre Chevrier, baron de Fancamp, l’abbé Olier, Mme de Bullion, Gaston de Renty, Maisonneuve, Mance, etc, est un projet voulu par la Providence.

Il semble que du côté de Mance, les termes de l’équation sont au fond relativement simples. Maisonneuve est responsable d’établir une colonie viable et fonctionnelle tandis que pour sa part, Jeanne Mance est mandatée pour doter Ville-Marie d’un hôpital. Si la colonie déclare forfait, il en est de même par effet domino de l’Hôtel-Dieu. C’est ainsi qu’elle décida de « soustraire » pour ne pas dire « détourner » une partie de la somme dédiée pour l’Hôtel-Dieu afin de financer le projet d’un recrutement d’au moins une centaine d’hommes afin de contrer la menace iroquoise. On parle d’une somme de 22 000 livres. Comme on le constate, la demoiselle Mance était capable de faire preuve de comptabilité créative.

Maisonneuve partit donc pour la France en promettant de recruter au moins deux cents hommes menaçant même de ne pas revenir si tel n’était pas le cas. C’est donc dire comment il y avait péril en la demeure. Là-bas, on réactiva les contacts autour des Associés du projet montréalais. Jérôme Le Royer et Mme De Bullion et d’autres ont sorti le chéquier afin de mettre sur pied une seconde recrue. Celle qu’on connaîtra sous le nom de Grande Recrue de 1653.

Le pari de Maisonneuve fut à moitié réussi mais le résultat valait la peine de continuer l’établissement montréalais. En effet, c’est plutôt cent ou cent un nouveaux hommes (colons-soldats) qui ont offert leur service pour la petite bourgade mais pour compenser le reste manquant, une femme du nom de Marguerite Bourgeoys qui valait plusieurs hommes-soldats s’est embarquée dans la folle aventure.

Ainsi, à partir de 1653, Montréal peut compter sur trois piliers Maisonneuve, Jeanne Mance et celle qu’on appellera affectueusement la Mère Bourgeoys. Puis vers la fin des années 1650, le projet missionnaire de Ville-Marie s’est essoufflé, les morts successives de l’abbé Olier en 1657 et celle de La Dauversière en 1659 sans oublier la mort de bien d’autres Associés ont tari les ressources de toutes sortes.

En 1663, soit six ans après leur arrivée à Montréal, les sulpiciens de Paris deviennent les propriétaires de l’île de Montréal et parallèlement le roi Louis XIV décide de réorganiser la gouvernance de ses différentes colonies. C’est ainsi que la petite colonie de Montréal qui tout en ayant l’assentiment et la reconnaissance de la cour du roi mais n’en était pas moins un projet privé dû rentrer dans le giron du principal gouverneur soit celui de la Nouvelle-France. Ainsi, par le fait même le gouverneur de Montréal devenait plutôt le représentant du gouverneur de la Nouvelle-France et perdait une partie de son autonomie politique. Dans les circonstances, en 1665, Maisonneuve décida de rentrer dans ses terres (non pas à Neuville-sur-Vanne mais plutôt à Paris). Fut-il démissionné?

Si ce fut la fin d’une certaine épopée mystique, il n’en demeure pas moins que ce fut le début d’une période de stabilité et de consolidation pour la jeune colonie de Montréal. La force de commandement militaire tenait en joue les Iroquois qui ont bien été obligés de se calmer un peu au risque d’être eux-même en situation d’extermination. Puis, vint, la Grande Paix de Montréal (1701), Jeanne Le Ber…Puis finalement, le 375è anniversaire de Montréal.

On peut reprocher à presque tous ceux et celles qui ont été de près ou de loin des Associés de Notre-Dame-de-Montréal, de nous avoir laisser très peu de documents écrits nous racontant les péripéties qu’ils ont vécu ainsi que les sentiments qu’ils ont éprouvé. Rien pour la postérité. Était-ce dû au type de spiritualité dans laquelle ils ont baigné?

(À suivre).

 

 

 

17 MAI 2017 UN CENTENAIRE ET UN 375è AVEC UNE ENVOLÉE DE CLOCHES

(Le campanile du carillon de l’Oratoire Saint-Joseph)

(Lors du concert inaugural le 15 mai 1955. Archives de l’oratoire Saint-Joseph. Soumis à copyright)

____________________________________

Le 17 mai 2017 comme nous vous le disions l’année dernière à pareille date ou presque est et sera désormais synonyme d’un centenaire et d’un 375è pour la ville de Montréal. Comme quoi, un jubilé en cache un autre ou pour mieux dire un jubilé en révèle un autre. En effet, c’est en 1917 sur une période de deux jours (17 et 18 mai) que le président de la Société historique de Montréal en la personne de Victor Morin et secondé par la Société d’archéologie et de numismatique de Montréal eut l’heureuse idée de commémorer la fondation de Montréal.

Ce 17 mai 1917 s’ouvre par une grand-messe pontificale célébrée à la basilique Notre-Dame par l’évêque auxiliaire de Montréal, Mgr Georges Gauthier, suivie d’un Te Deum d’action de grâce. Dans l’après-midi, des visites du Vieux-Montréal guidées et animées par des férus d’histoire bien connus du public montréalais. Le lendemain, 18 mai 1917, l’on reprend la fête avec des discours et des envolées oratoires des dignitaires politiques et religieux. Dans toutes les écoles de la ville, l’on présente un résumé de l’oeuvre de Maisonneuve. On enjoint les élèves à chanter l’Ô Canada et comme récompense on leur donne congé et la fête se continue jusqu’en soirée. Signalons que c’est dans le cadre des festivités du 275è que plus de cinquante plaques commémoratives ont été installées à divers endroits de la ville.

Exceptionnellement, cette année, la commémoration a lieu le 17 mai, jour pour jour, (1642-2017), un jour de semaine, comme nous le déplorions dans un article précédent, alors que les Montréalais dans leur vaste majorité sont, soit au boulot, soit à l’école et qu’aucun congé n’est prévu. Heureusement, la « belle cérémonie » sera diffusée à la télé grâce aux bons soins de ICI RDI dès 8h30 le matin. Mais soyons bon prince et acceptons ce que le Protocole et Accueil de la Ville de Montréal a imposé comme horaire inhabituel et inusité. M’enfin comme disait Gaston LaGaffe!

Dans la dernière année de préparatifs pour cette Journée des Fondateurs et Fondatrices de Montréal, il y eut beaucoup de fluctuations. D’abord, on a voulu « coller » le plus possible à la date du 17 mai, en déplaçant le tout le mercredi 17 mai et non un dimanche le plus près du 17 mai selon la coutume. Puisque nos valeureux sont arrivés en après-midi sur la Pointe de Montréal, la Messe du 375è devait débuter en après-midi suivie de différentes activités dont la cérémonie civique et militaire habituelle comme l’exercice annuel du Droit de Cité du Régiment de Maisonneuve.

Hélas, des dignitaires ayant des difficultés d’horaire, on a demandé de déplacer la Messe en avant-midi. 11 heures. Non.10 heures. Non. 9 heures. Parfait, tout le gratin politique et religieux aura le temps de se rendre à la basilique Notre-Dame pour 9 heures et surtout de faire ses auto-portraits (selfies). Ayant prévenu certaines personnes gravitant autour du comité du 17, qu’il est toujours risqué de faire des changements d’horaire pour accommoder des dignitaires politiques parce qu’à la moindre catastrophe nationale, ils peuvent annuler leur présence, hé bien, on y était presque. Osons espérer que MM. Trudeau, Couillard et Coderre n’arriverons pas à la Messe avec leurs grosses bottes de caoutchouc montées jusqu’à la taille après une énième tournée auprès des sinistrés de l’eau!

Donc, le tout commencera à 8h45 à partir du Carillon de l’Oratoire Saint-Joseph qui lancera l’envolée de cloches qui devrait se poursuivre dans toutes les paroisses de Montréal. Justement, parlons-en des paroisses de Montréal, ont-elles été sollicitées tout récemment pour faire acte de présence en ce 375è en faisant sonner les cloches tout d’un coup à 8h45 en ce mercredi 17 mai 2017? Ont-elles prévu des activités préparatoires ou s’apprêtent-elles à en faire dans la foulée de cette envolée de cloches? Et sauront-elles vraiment pourquoi, on fait sonner les cloches? Et que se passera-t-il dans les écoles de Montréal?

Parlant de cloches, il y en a cinquante-six en bronze qui forment le carillon de l’Oratoire. Elles sont faites d’un alliages de cuivre et d’étain. Contrairement à ce que l’on peut penser, l’ensemble des cloches ne bougent pas. En effet, elles sont fixées à des poutres et ce sont les battants qui sont actionnés par des fils d’acier reliés à la console intérieure où est installé le carilloniste*.

En passant, pouvez-vous vous imaginer la tour Eiffel avec à l’un de ses étages un campanile qui couvrirait un carillon de cinquante-six cloches?  Paris n’en ayant pas voulu, c’est ainsi qu’en 1954, le carillon prévu pour la tour Eiffel fut prêté à l’Oratoire Saint-Joseph dans le cadre de son cinquantenaire. Puis par la suite de généreux donateurs ont fait en sorte que le carillon devienne propriété de l’Oratoire.

Un concert inaugural fut donné le 15 mai 1955 par le carillonneur Émile Vendette (1919-1992), un franco-ontarien qui donna son premier concert au carillon de la Tour de la Paix du Parlement canadien à Ottawa en 1938.

Au moment de « mettre sous presse », si on peut nous permettre cette expression devenue obsolète, nous apprenons qu’une partie de la cérémonie civique et militaire semble compromise parce que nos militaires sont réquisitionnés auprès des sinistrés de l’eau. Vivement, la Messe du 375è.

______________________________________

*   Nous lisons parfois carilloniste et parfois carillonneur!

Un extrait musical du carillon de l’Oratoire Saint-Joseph de Montréal.

https://www.youtube.com/watch?v=f-fOLUbye5E

 

 

 

 

LE COLLÈGE DE MONTRÉAL (1767-2017) 250 ANS DE FORMATION DE LA JEUNESSE

(La nouvelle identité visuelle du Collège. Les emblèmes qui composent les armoiries en bleu/Les valeurs. 1767/ L’ancrage historique. Le premier Collège de Montréal/La Fierté et l’Histoire. Oeuvre: Ardoise design. Février 2015)

(Capture d’Écran. Survol de l’entrée principale du Collège)

_______________________________________

Ce vendredi 21 avril 2017, la communauté multi-générationnelle du Collège de Montréal sera en liesse. Enjambant, les festivités du 375è de Montréal, l’institution scolaire de la rue Sherbrooke ouest bien campée sur le flanc de la montagne montréalaise, soulignera son 250è anniversaire d’existence dans le cadre d’un Gala-bénéfice intitulé « DE PIERRES ET DE LUMIÈRES ».

Deux cent cinquante ans vers l’arrière, ça nous ramène tout près de la catastrophe de la Conquête de 1759-1760, où l’on vit impuissant la Nouvelle-France passée sous la gouverne de l’Empire britannique.

Après quelques années de vie sous le Régime militaire (1760-1763), le besoin de vie scolaire se faisait de plus en plus impérieux chez les jeunes de la colonie canadienne-française. Ainsi deux collèges ouvrirent leurs portes. D’abord celui de Québec (1765) et puis celui de Montréal (1767). S’y ajouteront dans le premier tiers du XIXè siècle, les collèges de Nicolet (1803), de Saint-Hyacinthe (1811), de Sainte-Thérèse (1825). de Chambly (1825) et finalement de Sainte-Anne-de-la-Pocatière (1827).

Ces six collèges avaient un but commun à savoir faciliter aux jeunes canadiens-français, établis dans une seigneurie, l’accès à une éducation supérieure, sous le label catholique, basée sur un enseignement humaniste du latin et des lettres.

Mais les différentes cohortes du « premier » Collège de Montréal n’ont pas toujours séjourné en flanc de montagne comme aujourd’hui. En effet, la petite histoire, nous apprend que c’est un dénommé Jean-Baptiste Curatteau de la Blaiserie, sulpicien, ancien maître d’école et qui devenu curé de la Longue-Pointe (Est de Montréal) a décidé d’ajouter une aile à son presbytère pour y enseigner le français et le latin à quelques jeunes adolescents des environs. Nous sommes alors au printemps de 1767.

Il faut dire que ce premier collège du genre à Montréal comblait un vide car pour des études un peu plus poussées, les jeunes montréalais devaient « s’exiler » à Québec afin de fréquenter le Petit séminaire dirigé par les jésuites. Ici, à Montréal se sont d’abord les Sulpiciens qui verront à l’essor de l’éducation des jeunes canadiens-françaises en aidant, entre autre, différentes communautés religieuses vouées à l’éducation des jeunes.

Mais le succès de ce collège embryonnaire forçat un premier déménagement au château Vaudreuil rue Saint-Paul (dans le secteur de la place Jacques-Cartier). C’est dans cette vaste demeure qu’à résidé les gouverneurs successifs de la Nouvelle-France de passage à Montréal. À ce moment le collège prit temporairement le nom de collège Saint-Raphaël.

Malheureusement, à l’instar de plusieurs bâtiments de l’époque, le château de Vaudreuil fut la proie des flammes le 6 juin 1803. Les 150 élèves de l’époque seront hébergés temporairement au séminaire de St-Sulpice sis sur la place d’Armes.

Puis, les sulpiciens, procéda à la vente des terrains de l’ancien collège et font construire un tout nouveau collège à l’ouest des fortifications dans le prolongement de la rue Saint-Paul. Le bâtiment ouvrira ses portes en 1806 sous l’appellation officielle de Petit Séminaire de Montréal. C’est un vaste espace pouvant accueillir 120 pensionnaires entouré d’un grand terrain avec jardins et dépendances.

Hélas! Malgré que l’on procédera à des agrandissements successifs comme en 1824 afin d’accueillir au maximum 160 élèves. En 1840, l’on s’est retrouvé encore en mode cohabitation quand une cinquantaine d’étudiants en théologie rendus à l’étroit dans le vieux séminaire de la place d’Arme ont débarqué au petit Séminaire de la rue Saint-Paul.

La ville de Montréal vivant un grand débordement démographique doublé d’un plus grand souci pour l’éducation de la jeunesse canadienne-française, les sulpiciens envisage en 1854 la construction d’un Grand Séminaire sur un grand terrain de la rue Sherbrooke ouest où se trouvent les deux tours de l’ancien fort de Montréal.

Ainsi, « débarrassés » des grands séminaristes qui retrouvera ce qui s’averra un Grand Séminaire digne de ce nom, les élèves du petit Séminaire se retrouveront eux aussi à leur aise mais pas si longtemps. Comme on le sait, à la fin de l’année 1861, nos voisins du sud, les États-Unis sont en pleine guerre de Sécession. L’Angleterre se voulant toujours clairvoyante décide par mesure de protection d’envoyer 5000 soldats à Montréal. Et comme il faut loger ces militaires, le gouvernement réquisitionne pour un des régiments anglais, le petit séminaire qui deviendra pour quelques temps une caserne militaire!

Encore une fois, les sulpiciens doivent penser vite et penser pratique. Ce sera, bien sûr, le retour d’une cohabitation entre les deux ordres d’études des deux séminaires dans le nouveau bâtiment de la Montagne. Et dans la foulée de ce nouveau branle-bas, l’on projette dès 1863 de construire adjacent au Grand Séminaire, un édifice dédié spécifiquement aux élèves du collège. Et au gré des besoins et des ressources, le vaste espace aidant, s’y ajouteront des petites constructions (pavillon des loisirs, l’Ermitage, etc.). Sans oublier l’Aile des Anciens depuis 1958.

Laissons maintenant, la pierre et le mortier afin de parler un brin de la matière vivante qui fait le Collège de Montréal. C’est bien sûr au fil des décennies, les équipes de direction, les équipes professorales, les équipes de soutien et de para-scolaire. Mais au coeur de tout cela ce sont les cohortes de jeunes garçons et depuis la rentrée de 1997 l’ajout de cohortes de filles.

Le Collège de Montréal entre les années 1967-2007 a vécu une longue période de turbulences afin de mieux arrimer son projet éducatif avec les nouvelles jeunesses de l’air du temps. Il fallait garder le meilleur des pratiques pédagogiques tout en faisant certaines adaptations. Pour viser l’Excellence, il fallait s’assurer d’avoir autant la matière grise que la matière en elle-même. On pense ici à de bons laboratoires de recherche, aux systèmes d’ordinateurs. Puis quand est advenue la première cohorte de fille, il a sûrement fallu un protocole de savoir-vivre et de savoir être pour mieux vivre et gérer des relations gars-filles et des amitiés gars-filles.

Nous ne pouvons, bien sûr, dans le cadre d’un court article, faire le tour de toute l’histoire de 250 ans de vie d’une institution car oui, le Collège de Montréal est une institution à Montréal et elle rayonne au moins sur tout le Québec. VILLE-MARIE EXPRESS est heureuse de s’associer à votre Gala-Bénéfice 250è en vous souhaitant de belles retrouvailles sûrement significatives.

_______________________________________

SOURCE

ST-GERMAIN, CHARLES et ANDRÉ LABELLE. LE COLLÈGE DE MONTRÉAL 1967-2007. L’HISTOIRE D’UNE TRANSFORMATION. ÉDITION COLLÈGE DE MONTRÉAL. IMPRESSION IMPRIMERIE TRANSCONTINENTALE. GRAPHISME PYRUS DESIGN. PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE COLLÈGE DE MONTRÉAL 2007. UN DOCUMENT ACCESSIBLE EN FORMAT PDF.

https://college-montreal.qc.ca/wp-content/uploads/2016/08/Publication.pdf

______________________________________

MESSE EN HOMMAGE À ÉMILIE GAMELIN ET AUX PATRIOTES DE 1837-1838

(La bataille de Saint-Eustache. Encre et aquarelle sur papier. Lord Charles Beauclerk)

(L’exécution par pendaison de patriotes à proximité de la prison de Montréal située au Pied-du-Courant. Dessin de Henri Julien,)

La sculpture en bronze personnifiant la bienheureuse Émilie Gamelin. Métro Berri-UQÀM. Oeuvre de Raoul Hunter))

________________________________

Il y a dans la vie d’un peuple comme le nôtre, des épisodes tumultueux, qui pour un certain nombre, sont vécus comme un bouton d’acné qui crée un malaise que l’on tente maladroitement de camoufler. Les Troubles de 1837-1838 ainsi que les événements d’Octobre ’70 en sont.

Le malheur des peuples dans la transmission de l’histoire c’est de souvent se relayer, de génération en génération, que les lieux communs éculés, répétés ad nauseam comme des mantras grossis, et amplifiés de faussetés voire même de raccourcis qui nous éloignent non seulement de ce qui s’est réellement passé mais nous fait passer à côté du pourquoi d’un tel événement et d’un tel dénouement sanglant.

Un inventaire de l’historiographie portant sur les Troubles de 1837-1838 nous convie plutôt à porter un jugement empreint de nuance. Il arrive que l’on expédie rondement et de manière superficielle le rôle et les diverses actions des protagonistes en cause. Ainsi en est-il, particulièrement, du rôle de l’Église catholique du Québec que l’on expédie souvent en quelques phrases.

Loin de nous l’idée de réécrire l’histoire afin de maquiller les faits et les prises de position connues et documentées de l’épiscopat québécois. À l’époque, faut-il le rappeler, nous sommes loin d’une Église triomphante, cléricale et ultramontaine qui a pu émerger seulement à partir des années 1860. Cet épiscopat du temps des Troubles, est alors fragile et insécure, et en tant qu’autorité constituée du peuple canadien-français, fut pris en tenaille entre le respect de ce que l’on nomme l’autorité civile légitime et le peuple dont il se sentait viscéralement responsable.

À travers différents mandements et lettres, l’épiscopat du Bas-Canada a ordonné au respect de l’ordre établi et à l’obéissance, doublé surtout de la condamnation du recours à la violence et aux armes. l’Église catholique se méfiait de la faction plus radical du mouvement patriote « contaminé », si l’on peut dire, par les idées révolutionnaires européennes. Le spectre de la révolution américaine de 1776 et surtout celui de la révolution française de 1789 hantaient les esprits ecclésiaux.

Si sur les principes, l’épiscopat fut intransigeant, il n’en demeure pas moins que sur le terrain, beaucoup de curés de paroisse ont été près de leur communauté. À Montréal même, Mgr Lartigue dont les cousins étaient au coeur des événements, on pense ici à Louis-Joseph Papineau, à Denis-Benjamin Viger, ne pouvait s’empêcher une certaine empathie familiale pour les patriotes. Mgr Bourget, alors co-adjuteur, fut mandaté pour aller apporter réconfort et nourriture aux prisonniers. Il en était de même d’Émilie Tavernier Gamelin, mieux connue sous le nom de mère Gamelin, fondatrice des soeurs de la Providence, qui s’est dévouée auprès des prisonniers politiques et de leur famille respective.

Et voilà qu’en ce dimanche 19 février 2017, la paroisse Saint-Pierre-Claver de Montréal en collaboration avec la Société Saint-Jean-Baptiste-de Montréal nous convie à participer à une messe en hommage à Émilie Gamelin et aux Patriotes pendus entre 1838 et 1839 suite à l’insurrection et aux événements des années 1837-1838.

À première vue et au regard de l’histoire, il peut paraître un peu contre-nature que la communauté catholique s’associe aux insurgés et aux rebelles de 1837-1838 pour leur rendre hommage alors qu’ils ont subi les foudres de l’épiscopat canadien-français de l’époque. Mais cela relève du regard superficiel sur notre histoire.

Le travail du temps et de la réflexion humaine qui en résulte, permet, à tout un chacun, de faire la part des choses et par le fait même de séparer et de distinguer l’essentiel de l’accessoire. Ainsi, en 1987, soit cent cinquante ans après les événements, l’archevêque du diocèse de Sherbrooke, Mgr Jean-Marie Fortier, en tant que président de l’Assemblée des évêques du Québec, et au nom de l’Église, lève les sanctions imposées aux patriotes de 1837-1838. Dans la même optique, Mgr Charles Valois, évêque du diocèse de St-Jérôme réhabilite le docteur Chénier mort par balle en inhumant ses restes (des cendres dans une urne) au cimetière catholique de Saint-Eustache.

L’échec de l’Insurrection de 1837-1838 mais surtout la répression sanglante et la mise en feu de plusieurs villages (maisons, étables, églises) gracieuseté du général Colborne, futur gouverneur, d’où lui origine le surnom du Vieux brûleur ou du Vieux brûlot a pu mettre à mal le moral d’un peuple annexé politiquement à une autre majorité.

Qu’a cela ne tienne, nous avons pu surmonter l’amertume et le désarroi momentané. Pour tout dire, ni la Conquête, ni la répression sanglante et fumante des événements de 1837-1838, ni les crises de conscription de 1917 et de 39-45, ni les défaites référendaires de 1980 et de 1995 ne peuvent venir à bout d’un peuple qui désormais, au grand dam de John George Lambton, mieux connu sous le nom de Lord Durham, possède une histoire et une littérature… mais aussi une culture, une économie et un Québec inc.

 

MARGUERITE BOURGEOYS ET LA VIE VOYAGÈRE (17 AVRIL 1620/12 JANVIER 1700)

(Portrait esquissé par Pierre Le Ber quelques heures après la mort de soeur Bourgeoys.1700. Huile sur toile. Collection Centre Marguerite-Bourgeoys. Congrégation de Notre-Dame. Montréal.)

(Vitrail. Jeanne Le Ber. Marguerite Bourgeoys. Katéri Tékakwitha. Basilique Notre-Dame)

(Huile sur toile. Les deux tours du fort de la montagne. Georges Delfosse. 1869-1939. Photo: Pascalle Bergeron. Copyright: Univers culturel de Saint-Sulpice)

(Une des deux tours du fort de la montagne à l’entrée du Grand Séminaire de Montréal. Photo: Ville de Montréal 2006. Grand répertoire du patrimoine bâti de Montréal)

(La célèbre chapelle de Notre-Dame-de-Bonsecours et le musée Marguerite-Bourgeoys adjacent. Tourisme Québec)

_________________________________

« Nos fondateurs nous apparaissent grands, non seulement par le labeur qu’ils mettent dans leur oeuvre, labeur effrayant, mais aussi  et peut-être plus, par les lointaines visées qu’ils y renferment. Parce qu’ils travaillent pour un long avenir, tous les jours ils apprennent à se dépasser. »

-le chanoine Groulx. Notre Maître le Passé. 1924.

En ce 12 janvier 2017 comme à tous les ans, au Québec et à certains endroits du monde, nous commémorons la fête de sainte Marguerite Bourgeoys (1620-1700), la première éducatrice de la colonie de Ville-Marie et la fondatrice des soeurs de la Congrégation de Notre-Dame. Nous en prenons prétexte pour vous présenter un court récit de sa vie voyagère et missionnaire.

Né à Troyes (France) le vendredi saint 17 avril 1620 et baptisée le même jour, elle meurt de l’autre côté de l’océan Atlantique le 12 janvier 1700 à Ville-Marie après quarante-sept (47) années de loyaux services. Elle est avec Paul Chomedey, sieur de Maisonneuve et Jeanne Mance l’une des trois figures fondatrices incontournables de ce qu’on a appelé la folle entreprise.

On peut saluer le fait qu’elle est la seule des trois qui nous ait laissé des traces écrites des premières décennies des origines de Montréal. Les Écrits autographes  comme on les appelle n’avaient pas pour premier objectif de magnifier leur auteure pour sa propre postérité mais ils étaient mus par le souci de contrer un prétendu relâchement dans la vie de la communauté et de donner l’exemple de la vertu de ténacité. Elle a aussi entretenue une correspondance avec Dollier de Casson (1636-1701), supérieur de Saint-Sulpice en Nouvelle-France et, à ce titre, seigneur de l’île de Montréal, architecte et historien et finalement l’auteur de la première Histoire du Montréal (1672). Puis, secondairement, elle eut un échange épistolaire avec Monsieur Tronson, supérieur de Saint-Sulpice à Paris.

Un autre élément important et intéressant qui nous permet d’avoir accès à celle que les gens de Ville-Marie appelaient affectueusement « la bonne soeur Bourgeoys », c’est qu’en plus d’avoir en main une sorte de testament autographe de l’une des saintes du Québec, les historiens et les archivistes peuvent, dans leur recherche, prendre aussi appui sur une biographie publiée par un contemporain de Marguerite Bourgeoys, en la personne de son confesseur.

En effet, un dénommé Charles de Glandelet (1645-1725) est l’auteur de La vie de la soeur Marguerite Bourgeoys dite du Saint-Sacrement, institutrice, fondatrice et première supérieure des soeurs séculières de la Congrégation de Notre-Dame établie à Ville-Marie en L’Isle de Montréal en Canada. Une première rédaction du manuscrit est connue 1701 et est suivie d’une amplification en 1705.

Résumons très sommairement la vie de la très jeune Marguerite à Troyes. Dès son enfance et son adolescence, Marguerite Bourgeoys qui est le sixième enfants d’une grande fratrie de douze aime se réunir avec des filles de son âge. Elle avait la facilité et la faculté de réunir autour d’elle des filles pour travailler ensemble. Ainsi, on ne peut être surpris que dans sa vie d’adultes, elle cherchera à établir les mêmes schèmes de vie sociale mais cette fois-ci dans une expérience de vie et d’engagement auprès des autres à l’intérieur d’un cadre religieux et spirituel.

C’est un dimanche 7 octobre 1640 lors d’une procession au couvent des Jacobins de Troyes en l’honneur de la Vierge du Rosaire que Marguerite connut une expérience de conversion profonde et définitive. En prenant la rue, le cortège passe devant l’abbaye de Notre-Dame-aux-Nonnains. Traversant l’entrée principale qui par la splendeur de son portail connu justement sous le nom du Beau Portail, Marguerite vit une statue de pierre de la Vierge Marie. Un « échange de regard » fait naître en Marguerite un temps d’intimité indescriptible à vrai dire de nature spirituelle et mystique. C’est le début d’une transformation intérieure où la jeune fille de Troyes se donne complètement et définitivement à Dieu.

Sous la direction spirituelle du père Gendret, confesseur des Carmélites de Troyes, celui-ci lui fait connaître son intention d’un projet pour honorer la vie voyagère de Marie, mère de Jésus (la Visitation à Élizabeth). Cette vie voyagère prendrait la forme d’une communauté de filles séculières, qui sans tout l’attirail du vêtement religieux et de la clôture du cloître, seraient tout de même d’authentiques religieuses.

Marguerite décide d’entrer dans la congrégation des externes, à l’époque la directrice de la Congrégation est nul autre que Louise de Chomedey, la soeur du gouverneur de Ville-Marie. Celui-ci, en 1652 se trouve en France pour tenter de lever une recrue de près de 200 hommes selon ses intentions initiales. Il passe par Troyes pour aller saluer sa soeur. Et comme un plus un font deux, Louise de Chomedey en profite pour présenter à son frère la jeune Marguerite Bourgeoys. Le gentilhomme la sollicite pour s’embarquer pour la Nouvelle-France afin de faire oeuvre d’éducatrice dans la colonie de Ville-Marie autant auprès des enfants autochtones que des futures enfants des colonisateurs.

Après avoir prié et consulté, Marguerite Bourgeoys opte résolument pour l’embarquement vers Ville-Marie. Qu’on se le dise, en France, dans les milieux lettrés et concernés, on lit avec attention les récits des Relations des missionnaires jésuites. Donc, on connait les obstacles et les périls qui nous attendent. On n’est pas naïf ou insouciant face à la situation critique et violente en Nouvelle-France.

De plus, les traversées océaniques ne sont pas toujours de tout repos. Et l’on peut dire que la jeune Marguerite a cette fois-ci connu son baptême de mer et tout un baptême. En effet, la peste a fait des ravages au sein de l’équipage et a réclamé son lot de morts, huit hommes au total sans oublier les malades qui sont préoccupants. Il y eut de la grogne avec danger d’une mutinerie. Marguerite et les membres de l’équipage ont failli périr en mer. Le Saint-Nicolas a dû rebrousser chemin et revenir à Saint-Nazaire pour réparation.

Selon les mots de Dollier de Casson, Chomedey ne tarit pas d’éloge pour sa nouvelle recrue de Troyes auprès de Jeanne Mance et il n’est pas peu fier d’un autre fruit venant de la Champagne. Au final, Marguerite Bourgeoys arrive à Québec le 22 septembre 1653 puis à Ville-Marie en novembre. Elle doit attendre au moins quatre ans avant d’avoir accès à une école ainsi que d’une recrue d’élèves digne de ce nom.

Alors, entre-temps que faire d’utile? À défaut d’enseigner aux enfants, elles s’occupera des adultes. On rapporte qu’elle se fait la grande soeur des colons. Elle sait tirer son épingle du jeu. Elle s’occupe du lot des Filles du Roy et anime en quelque sorte une agence matrimoniale. Elle est perspicace et elle connaît son monde.

Parallèlement à tout cela, on ne peut passer sous silence son projet de faire construire une chapelle dédiée à Notre-Dame-de-Bonsecours. On sait que Pierre Chevrier, baron de Fancamp, l’autre homme de l’ombre du projet de Ville-Marie avec Jérôme Le Royer, lui avait remis une certaine somme d’argent ainsi qu’une statue de Notre-Dame-de-Bonsecours.

Dès 1657, Marguerite Bourgeoys sollicite quelques colons afin d’ériger la première chapelle Bonsecours celle en bois. Puis, en 1668, l’on procédera à l’érection de la chapelle en pierre (d’ailleurs c’est la première église en pierre de toute l’île de Montréal). Incendiée en 1754. Rebâtie en 1772. Modernisée entre 1885 et 1888. Puis restaurée vers la fin du XXè siècle, la chapelle historique et patrimoniale Notre-Dame-de-Bonsecours toujours vent debout contre toutes les adversités de l’histoire, face au fleuve, ce bâtiment est un témoin-clé de l’origine de Montréal, et de plus, elle est ouverte au public depuis le 24 mai 1998. Un musée Marguerite-Bourgeoys y est adjacent.

Finalement en 1658, une première fournée de gamins et gamines en âge de scolarisation commence leur vie d’écolier dans une étable. Hé oui! Une étable, lieu temporaire gracieuseté du gouverneur Maisonneuve. Puis le projet d’enseignement se développe et les soeurs voyagères vont là où se trouve la marmaille. C’est ainsi, qu’il y aura différente « succursales » dont l’une qui nous intéresse un peu plus en tant que Montréalais. En effet, en 1678, la congrégation de Notre-Dame établit une mission éducative au village amérindien de la Montagne. Après avoir enseignées quelques deux décennies dans des cabanes d’écorce, à la fin du siècle grâce aux bons offices de M. Vachon de Belmont, sulpicien, les soeurs voyagères peuvent habiter et enseigner dans les tours du Fort que l’on peut apercevoir encore sur le terrain du Grand Séminaire de Montréal.

Et puis le temps fait son temps. En décembre 1683, Marguerite âgée de 63 ans a l’intention de démissionner afin de passer le flambeau à des plus jeunes. Mais qui dit flambeau dit feu. Malheureusement, dans la nuit du 6 au 7 décembre, un violent incendie détruit non seulement la maison-mère mais fait périr les deux candidates pressentie à la succession. Marguerite Bourgeoys devra encore pour dix ans faire office de timonière à la barre de sa fondation. Finalement, en 1693, Marguerite peut se permettre de démissionner et soeur Marie Barbier est élue supérieure.

Si au début de sa vie en terre de Ville-Marie, Marguerite s’était liée d’amitié spirituelle avec Jeanne Mance, vers la fin de sa vie, elle vécut un rapprochement avec une fille du pays de la célèbre famille Le Ber. C’était une autre Jeanne. Jeanne Le Ber (1662-1714), fille de Jacques Le Ber, la recluse de Ville-Marie.

Après avoir passée quinze ans comme recluse dans une petite chambre retirée de la grande maison familiale, Jeanne Le Ber veut porter à son ultime développement sa vie de recluse consacrée de Ville-Marie. La jeune recluse et la sage voyagère conclut une entente où chacune y trouve son compte. Jeanne participera financièrement à l’édification d’une chapelle à la maison-mère et en contre-partie Marguerite lui laissera occuper trois petits appartements très restreints avec la possibilité d’avoir un « hublot » donnant sur le choeur de la chapelle d’où elle pourra prier et entendre la messe.

Ainsi, le 5 août 1695, une bonne partie de la population de Ville-Marie, pour ne pas dire toute, est témoin de l’entrée solennelle de Jeanne Le Ber dans son réclusoir à la Congrégation de Notre-Dame. Il faut dire que Marguerite connaissait Jeanne depuis son enfance puisque cette dernière est née à Ville-Marie même, en 1662.

Pour revenir à notre « bonne soeur Bourgeoys », c’est à l’âge de 78 ans pour le bénéfice non seulement de sa communauté mais aussi pour notre historiographie nationale, qu’elle se mit à écrire ses mémoires connues sous le nom d’Écrits autographes. Hélas! un incident dans la communauté ne permettra pas à Marguerite de nous laisser d’autres écrits.

En effet, dans la nuit du 31 décembre 1699, la communauté des soeurs voyagères est conviée à quelques jours de soubresauts de grande intensité et de vives émotions. D’abord, toutes les soeurs y compris Marguerite veillent au chevet de Catherine Charly, la jeune et dynamique maîtresse des novices. Ne pouvant supporter qu’un aussi beau jeune fruit spirituel soit déjà à l’article de la mort, Marguerite, par une prière vraie et directe, implore Dieu de la prendre elle, devenue inutile, au lieu de cette jeune fille encore pleine de promesses.

On dira ce que l’on voudra, et l’on ne peut douter de la proximité et de l’intimité entre Marguerite et Dieu car dès le soir même et tout le reste de la nuit du 1er janvier 1700, la soeur voyagère de la grande recrue de 1653, est prise d’une soudaine fièvre et en meurt le 12 janvier de la même année alors que Catherine Charly se rétablit.

En guise de conclusion, il importe de mentionner qu’avec la mort de Marguerite Bourgeoys se clôt un cycle dans la vie de Ville-Marie/Montréal. Les trois grands pilliers de l’implantation d’une colonie missionnaire en terre d’Amérique et particulièrement sur l’île de Montréal désormais ne sont plus. À la charnière des XVIIè et du XVIIIè siècles, un autre cycle était en train de s’ouvrir et au fil des générations, les héritiers et les héritières de ces pionniers et pionnières de notre roman national et de notre vie nationale n’auront peut-être pas toujours eu le potentiel, les qualités et les vertus nécessaires aux bâtisseurs et aux bâtisseuses d’avenir.

_______________________________

BIBLIOGRAPHIE

Bernard, Hélène. «Bourgeoys, Marguerite, dite du Saint-Sacrement». Dictionnaire biographique du Canada. Vol. 1. Université Laval/University of Toronto. 2003.

Charron, Yvon. Itinéraire spirituel de Marguerite Bourgeoys (1er article)Revue d’histoire de l’Amérique française. Vol. 2. No 2. 1948. p.230-237.

Charron, Yvon. Itinéraire spirituel de Marguerite Bourgeoys (suite)Revue d’histoire de l’Amérique française. Vol. 2. No 3. 1948. p. 351-374.

Charron, Yvon. Itinéraire spirituel de Marguerite Bourgeoys (suite et fin)Revue d’histoire de l’Amérique française. Vol. 2. No 4. 1949. p. 522-539.

Collectif. Textes colligés par Jean-Rémi Brault. Les Origines de Montréal. Actes du colloque organisé par la Société historique de Montréal. Leméac. Montréal. 1992.

ÉDITORIAL: NINCHERI ET MARIE-VICTORIN PASSENT À LA TRAPPE

fresque-nincheri

(Vue d’ensemble de la voûte avec la fresque de Guido Nincheri. Église de la Madonna della Difesa)

mussolini

(Plan rapproché de la fresque avec le personnage du duce Benito Mussolini)

jardins-accueil-jbm013477

(Voie d’accueil du Jardin Botanique de Montréal/Marie-Victorin. Photo: Espace pour la Vie)

jbm

(Les bouquets floraux du Jardin botanique de Montréal/Marie-Victorin dans  leur splendeur estivale)

_______________________________

ICI RADIO-CANADA nous apprend, ou plutôt nous rappelle que l’appellation des parcs Guido-Nincheri et Marie-Victorin passeront à la trappe afin de devenir à eux deux, le Parc-de-la-ville-de-Québec.

En effet, dans le cadre des festivités du 375è de Montréal, la ville de Québec par l’amabilité de son maire Régis Labeaume, fera don à la ville de Montréal d’une oeuvre artistique au montant de 200 000$. Cette oeuvre déployée en quatre colonnes, chacune ornée d’un athlète portant un dossard sur lequel on pourra voir un animal et une date importante de l’histoire de Montréal.

Le hic, c’est que cette oeuvre sera placée, suite à un réaménagement, dans un nouvel espace vert qui englobera les parcs Marie-Victorin et Guido-Nincheri. Ironie de l’histoire ce même parc Guido-Nincheri fait partie des legs du 350è de Montréal de 1992. Doit-on conclure que le 375è défait le 350è?

Il est maintenant de notoriété publique que l’administration Coderre, pour ne pas dire le maire Coderre n’a pas beaucoup de sensibilité pour l’histoire, l’art et la culture en général. On l’a constaté, tout récemment, dans le dossier de la croix inclinée de l’artiste Pierre Ayot (http://ville-marie-express.quebec/index.php/2016/09/24/polemique-autour-dune-replique-de-la-croix-du-mont-royal/. Mais, comment peut-on, en un tourne-main, faire disparaître les noms de deux illustres montréalais que sont, dans un premier temps, le fondateur du Jardin botanique de Montréal, Marie Victorin dont on réclame depuis longtemps dans ces pages l’ajout du nom à celui du Jardin* et dans un second temps de celui qui a gratifié environ 200 églises d’Amérique du Nord de quelques 5000 vitraux à savoir l’artiste Guido Nincheri. Sans oublier, sa renommée fresque qui tapisse le plafond de l’église de la Madonna della Difesa (Notre-Dame-de-la-Défense) aux angles des rues Dante et Henri-Julien dans la Petite-Italie.

Non mais n’est-il pas bizarre que depuis le début des préparatifs vers le 375è, les Montréalais doivent monter aux barricades médiatiques afin de faire valoir le respect de la toponymie montréalaise. En effet, quand ce n’est pas pour garder l’appellation de Champlain pour le nouveau pont qui reliera Montréal et sa rive sud, c’est maintenant les appellations de Guido Nincheri et du frère Marie-Victorin qu’il nous faut sauver.

Mais ce qui est amèrement amusant de constater, c’est que pendant que que le maire Coderre déroule le tapis vert au maire de Québec par le fait de se voir offrir une oeuvre d’art pour Montréal dans le cadre de son 375è, le maire Labeaume qui attend, d’un jour à l’autre, non seulement le retour des Nordiques, mais surtout, la promulgation de la loi sur le statut de Capitale nationale, n’en finit plus de laisser entendre que lorsque la loi 109 sera adoptée, il verra à faire savoir à qui de droit son désagrément, chaque fois qu’un dignitaire étranger pourrait passer par Montréal avant ou au lieu de Québec, la Capitale. À prévoir sous peu, un guéguerre entre la Capitale et la Métropole avant celle tant attendue entre les Nordiques et le CH.

_______________________________

*  Nous avons fait dans ces pages le souhait que le conseiller municipal du district de Marie-Victorin, M. Guillaume Lavoie soit porteur, dans le cadre du 375è, du projet d’ajouter le nom de Marie-Victorin au nom officiel du Jardin botanique de Montréal. Ce qui donnerait Jardin botanique de Montréal/Marie-Victorin. (http://ville-marie-express.quebec/index.php/2016/09/01/editorial-375e-de-montreal-de-lhistoire-il-y-en-aura/).

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1002451/parc-renommer-guido-nincheri-artiste-ville-de-quebec