LE 377è de MONTRÉAL: UN HOMMAGE À DES BÂTISSEUSES DE PRÉSENT ET D’AVENIR

(L’Arrivée des trois religieuses hospitalières de La Flèche en 1659. Vitrail.)


(Peinture. Artiste inconnue. Musée des soeurs de Miséricorde)

(Affiche Publicitaire. Journées de la Culture 2018. Musée des Soeurs de Miséricorde)

(Émilie Tavernier-Gamelin. 1800-1851.)

(Mère Émilie Gamelin. Bronze. Sculpteur: Raoul Hunter (1926-2018). 1999. Photo: Michel Dubreuil/16.04.2007. Édicule de la station Berri-UQÀM)

_______________________________________________

LIMINAIRE

Des circonstances hors de notre contrôle, nous ont obligés de retarder la publication de cet article. L’événement étant déjà du passé, nous avons cru bon et nécessaire de remanier quelque peu le texte afin d’en parler plutôt comme témoin des événements.

________________________________________ 

Cette année dans le cadre du 377è anniversaire de la fondation de Montréal (1642-2019), le comité de préparation de la messe annuelle de commémoration sous la présidence de l’abbé Marcel Lessard a tenu à rendre hommage à trois communautés religieuses d’ici ainsi qu’à leurs fondatrices respectives en soulignant un jubilé particulier en cet an de grâce 2019 comme on disait à une certaine époque. Ces trois communautés féminines sont les religieuses Hospitalières de Saint-Joseph, les soeurs de la Providence et finalement, les soeurs de Miséricorde

Les religieuses Hospitalières de Saint-Joseph célèbrent le 350è de l’arrivée à Ville-Marie (1659-2019) des trois premières Hospitalières venant de la ville de La Flèche et qui avaient pour noms Judith Moreau de Brisoles, Catherine Macé et Marie Maillet. C’est justement à ces trois hospitalières que se joindra, en 1662, Marie Morin âgée alors de seulement 13 ans qui deviendra par le fait même la première hospitalière d’origine canadienne et qui, de plus, comme on le sait, rédigera de 1697 à 1725 les célèbres Annales de l’Hôtel-Dieu de Montréal, ce qui en fera, ainsi, la première « historienne » de Montréal juste un peu avant L’Histoire du Montréal de Dollier de Casson.

De leur côté, les religieuses de la Providence célèbrent le 175è anniversaire de leur fondation par Émilie Gamelin. Cette célèbre Mère Gamelin  que l’on croise régulièrement à l’une des portes d’accès du métro Berri-UQÀM tandis que les religieuses de Miséricorde célèbrent l’inauguration de la célèbre Crèche de la Miséricorde fondée en 1879.

À ceux et celles qui se demandent pourquoi en cette commémoration de la fondation de Ville-Marie/Montréal ne pas s’en tenir comme à l’habituel à honorer le gouverneur Chomedey de Maisonneuve ainsi que la proviseure et infirmière, Jeanne Mance, la réponse est toute simple et se décline en deux raisons. D’abord, la première c’est que ces derniers temps, nous avons passablement parlé de nos deux illustres fondateurs. Puis, dans un deuxième temps, nous serions bien avisés de faire ressortir la phrase prophétique du père Vimont, tirée de l’évangile, incrustée dans le granit et le bronze du monument à Maisonneuve (place d’Armes) dites lors de la messe du lendemain de l’arrivée de la première recrue en mai 1642 et qui se lit comme suit: « Vous êtes le grain de sénevé qui croîtra et multipliera et se répandra dans tout le pays« . Ainsi en fut-il jusqu’à nos jours.

En effet, il sied très bien que la commémoration de la fondation d’une ville soit aussi le temps de célébrer les fruits du grain de sénevé mis en terre en cette après-midi du samedi 17 mai 1642. Il faut se rappeler, que tout au long des XVIIIè et XIXè siècles, et même avant, au gré des besoins sociaux et sanitaires qui se manifestaient sur le territoire de la Nouvelle-France, avant comme après la Conquête, des communautés de religieux et religieuses sont fondées afin de faire face aux défis du temps et de tenter d’offrir des solutions. Particulièrement, entre 1840 et 1870 alors que le diocèse de Montréal était sous la gouverne de Mgr Ignace Bourget.

L’évêque de Montréal de l’époque allait régulièrement en France pour solliciter des communautés religieuses afin qu’elles viennent s’établir à Montréal. Quand il essuyait un refus ou qu’il constatait une non possibilité, il en fondait une ici même avec les moyen du bord. Faut-il rappeler qu’il fut un temps où le diocèse de Montréal et, par conséquent la ville, comptait l’équivalent de quelques 165 congrégations religieuses actives.

Pour revenir à nos trois communautés jubilaires du 377è de Montréal, commençons par degré d’ancienneté. Quand on pense aux Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph, on pense instinctivement à l’Hôtel-Dieu de Montréal et à Jeanne Mance qui doit-on le rappeler n’était pas religieuse mais une laïque dévouée. Afin de soutenir le travail de celle-ci, Jérôme le Royer de la Dauversière qui avait mis sur pied à La Flèche (France) une communauté de religieuses hospitalières qui était déjà à pied d’oeuvre dans différentes régions du royaume de France avait prévu en délester quelques-unes pour l’Hôtel-Dieu de Mlle Mance.

C’est donc une bouture de cette communauté fléchoise qui est venue s’installer à Montréal. C’est justement Judith de Brésoles qui prendra la relève de Mance. Soit dit en passant, par respect pour l’histoire, si l’on associe la fondation des religieuses hospitalières à Jérôme Le Royer, il importe de souligner que celui-ci avait fait de Marie de La Ferre, co-fondatrice de cette communautés, « sa pierre angulaire » pour l’établissement de cette communauté dans plusieurs régions de la France. Et, en toute honnêteté, on ne peut dissocier le nom de Marie de La Ferre à celui de Le Royer en ce qui a trait à cette communauté de religieuses hospitalières. Comme on ne peut dissocier le nom de Pierre Chevrier, baron de Fancamp du financement des projets de Monsieur Le Royer de La Dauversaire.

Avec Rosalie Cadron-Jetté (1794-1864) et Émilie Tavernier-Gamelin (1800-1851), il nous faut enjamber deux siècles de notre histoire et par conséquent se retrouver dans un tout autre contexte de vie matérielle. En effet, nous sommes au début de l’industrialisation et surtout de l’urbanisation de Montréal avec le type de problèmes qu’amène ce nouveau mode de vie: prolétariat urbain, chômage, esseulement des démunies de tous âges. Or, deux femmes pieuses et bien assumées qui auront connu en l’espace de peu de temps vie conjugale, vie familiale et veuvage prématurée, retrousseront leurs manches et se consacreront à leurs oeuvres respectives.

Rosalie Cadron-Jetté (1794-1864) s’est mariée à l’âge de 17 ans en 1811 à Jean-Marie Jetté. Ils seront respectivement mère et père de onze enfants. Mais en 1832, Rosalie devient veuve. Elle prend le temps d’élever sa marmaille puis en 1845 se sentant dégagée de toute responsabilité familiale, elle réoriente sa vie.

On sait que dès 1840, elle avait commencé à s’entourer de filles-mères dans son propre foyer afin de les soutenir et de leur apporter du réconfort. Rosalie passe outre aux préjugés sociaux de son époque ainsi que de son entourage immédiat voire même de ses enfants et le 1er mai 1845 avec l’aide d’une fille-mère pénitente, comme on le disait à l’époque, elle aménage dans une nouvelle maison donnée pour l’occasion par un riche financier montréalais du nom d’Antoine-Olivier Berthelet. Ce Berthelet possède plusieurs propriétés. Il est un proche soutien des oeuvres de Mgr Bourget et se fera généreux aussi pour celles de Rosalie et d’Émilie.

Puis, le 16 janvier 1848, c’est l’officialisation des débuts d’une communauté de vie religieuse avec les premières prises d’habits. Mère Rosalie, de par tempérament, déclinera toute offre de fonction d’autorité pour, essentiellement, se consacrer à l’accueil des « filles tombées » , le soin des nourrissons, les visites à domicile ainsi que les visites aux prisonnières.

Une dimension du travail qu’ont effectué les soeurs de Miséricorde et qui passe souvent sous le radar, concerne leur travail de sages-femmes. En effet, plusieurs d’entr’elles ont fait oeuvre de sages-femmes. D’ailleurs, les huit soeurs fondatrices possèdent leur certificat de sages-femmes. Ainsi, les soeurs de Miséricorde apportent des soins avant pendant et après l’accouchement. Malheureusement, en 1862, les médecins de l’époque, de leur haute autorité, leur interdisent désormais de s’occuper des accouchements.

Venons-en maintenant à mère Gamelin. Comme on le disait plus haut, Émilie Gamelin (1800-1851) à l’instar de Rosalie Jetté connut la vie conjugale et familial mais en plus tragique si l’on peut dire. En effet, Rosalie épousa Jean-Baptiste Gamelin en 1823. Elle devint veuve quatre ans plus tard. Deux des trois garçons moururent dès après leur naissance tandis que le troisième mourut quelques mois après le décès du père. Il n’y a pas lieu de se surprendre qu’elle pria intensément Notre-Dame-des-Sept-Douleurs.

Puis surmontant ces afflictions, assez à l’aise financièrement suite à l’héritage de son mari, et en pleine possession d’elle-même, elle prend goût pour les oeuvres de charité. Elle participe à la mise sur pied de l’Association des Dames de la charité afin de venir en aide aux victimes de la pauvreté, particulièrement les personnes âgées. Les Dames feront, entre autres choses, des visites à domicile apportant réconfort, aumônes, vêtements s’Il y a lieu.

De plus, parmi les différents legs figurant dans l’héritage laissé par son Jean-Baptiste, il y est mentionné les soins à apporter à un « idiot » connu sous le nom de Dodais. Émilie s’en occupe jusqu’à la mort de celui-ci. Dans la petite histoire des soeurs de la Providence, il semble que ce Dodais soit vu comme étant à l’origine de l’oeuvre de l’hôpital Saint-Jean-de-Dieu et du Mont-Providence.

Un premier bâtiment à l’angle des rues Sainte-Catherine et Saint-Laurent au niveau du rez-de chaussée servit de premier refuge pour un petit groupe de vieilles dames esseulées. Mais très vite le lieu devient trop exigu.C’est encore Monsieur Berthelet qui offrit l’une de ses nombreuses propriétés afin d’accommoder, cette fois-ci, Émilie. Le 13 mai 1836, la quelque vingtaine de vieilles dames sont transférées dans ce qu’on appela la maison jaune qui devint par la suite le lieu du berceau de la communauté des soeurs de la Providence.

On ne peut passer sous silence la présence active d’Émilie Gamelin auprès des prisonniers politiques issus des Troubles de 1837-1838. Non seulement, elle était parente de quelques-uns mais son dévouement auprès d’eux ainsi qu’à leur famille respective l’a mise au coeur de déchirements dramatiques. Elle assurait, entre autres choses, l’échange de correspondance épistolaire entre les prisonniers et leur famille.

La veille des exécutions par pendaison du notaire Cardinal, père de six enfants ainsi que du jeune Duquette, le seul soutien de famille de sa mère et de ses trois jeunes soeurs, elle put se faire accompagner par des proches des deux prisonniers pour les adieux d’usage. Signalons en plus, qu’Émilie Gamelin était une intime de la famille de Chevalier de Lorimier qui fut pendu, quant à lui, en février 1838.

Émilie Gamelin fut une fidèle collaboratrice de l’évêque de Montréal, Mgr Ignace Bourget mais il n’est pas sûr que le fait que celui-ci voulut transformer la structure civile du groupe des Dames autour d’Émilie Gamelin en structure religieuse canonique ait été le premier choix de la future Mère Gamelin. M’enfin, elle semble malgré tout s’y être pliée de bon coeur.

Nous avons par quelques touches assez épars tenté de vous faire découvrir sommairement cinq femmes dont le dévouement à donner corps au grain de sénevé mis en terre le 17 mai 1642 sur cette pointe du territoire de Montréal et qui ont été mises à l’honneur le dimanche 19 mai 2019 lors de la messe annuelle commémorant la fondation de Montréal.

Comme à l’habituel, la messe a été célébrée à la basilique Notre-Dame à 11h00 par l’archevêque de Montréal, Christian Lépine dont l’homélie est demeurée en périphérie des oeuvres concrètes de ces pieuses femmes engagées à soulager des personnes démunies que l’on dédaignait (filles-mères, malades mentaux, prisonniers politiques, prisonnières de droit commun). De cela, on a rien entendu dans les mots de l’orateur! Cette messe a été précédée à 10h30 par la cérémonie civique et militaire du régiment Maisonneuve avec tribut floraux et salve de tirs. Quant à la Société historique de Montréal, son président, Robert Comeau nous a dans un premier temps conviés pour l’après-messe, à l’obélisque de la place d’Youville à un jet de pierre du Musée de Pointe-à-Callière afin de renouer avec une petite tradition commencée en 1893 alors que la Société historique de Montréal inaugura le monument de la fondation de Ville-Marie. Puis, par la suite les membres de la SHM et quelques invités ont fait bombance avec la tenue du traditionnel banquet de celle-ci.

Pour la petite histoire, disons que l’édition 2019 des commémorations de la fondation de Montréal a brisé une tradition un peu plus que centenaire. On sait que c’est en 1917 qu’eut lieu la première grande commémoration sous l’égide de Victor Morin alors président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal (1915-1924) et simultanément de la Société historique de Montréal (1916-1928). Or cette année, la Société historique de Montréal, par la voix de son président Robert Comeau, a voulu prendre ses distances d’avec le diocèse de Montréal et de la messe de commémoration de la fondation de Montréal. Ce qui, bien sûr, n’a pas empêchée la messe d’être dite. Loin de là!

Quant à la Ville de Montréal, sur son site l’on retrouva l’information qui nous conviait le vendredi 17 mai à 18h00, Place de La Dauversière, à un événement festif et inclusif, le mot à la mode ces temps-ci, avec animation et maquillage pour les enfants, une seconde animation par la Compagnie de la Franche Marine et finalement une autre animation-prestation par un groupe de chanteurs de PowWoW contemporain. Grand bien lui fasse!

_______________________________________

 

 

 

 

2 réflexions au sujet de « LE 377è de MONTRÉAL: UN HOMMAGE À DES BÂTISSEUSES DE PRÉSENT ET D’AVENIR »

  1. Cher Gilles,
    C’est tout à fait remarquable,
    Comme tout ( ou presque) ce que tu édites sur ton site.
    Sincères amitié de Brouage et de Charente-Maritime,
    A bientôt en septembre à Montréal.
    Thaddée Grzesiak

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *