MONTRÉAL (1642-2018) ET MAINTENANT LE 376è

(La fondation de Montréal. William Hugues Taylor, peintre. L’une des peintures du chalet du Mont-Royal. Photo: Guérin F. 2014)

(9è vitrail en l’église Saint-Pierre et Saint-Paul à Hiers-Brouage,Charente-Maritime/France. Inauguré le 28 octobre 2017 en l’honneur de Marguerite Bourgeoys. Jean-François Bordenave, maître verrier. Don du Comité du Mémorial de la Nouvelle-France)

_________________________________

Les grandes festivités du 375è sont déjà choses du passé. Nous en sommes déjà au dimanche commémorant le 376è anniversaire de la fondation de Montréal.

En effet, comme elle le souligne depuis 1917, la Société historique de Montréal profite du dimanche le plus près du 17 mai de chaque année afin de célébrer et commémorer l’oeuvre et le travail de Maisonneuve et de Jeanne Mance sans oublier tous ceux et celles qui ont gravité autour du fort sis sur la petite pointe de terre où se rencontrait le fleuve Saint-Laurent et la rivière Saint-Pierre, connue plus tard sous le nom de la Pointe-à-Callière.

Ce dimanche 20 mai 2018 la journée de commémoration commence par sa traditionnelle messe présidée par l’archevêque de Montréal en la basilique Notre-Dame à 11h00. En cette année 2018, la célébration liturgique soulignera trois anniversaires.

En premier lieu, à toute sainte tout honneur, nous soulignerons le 360è anniversaire de la première école du bourg de Ville-Marie sous l’égide de Marguerite Bourgeoys. Puis, le 150è anniversaire du départ pour Rome de cent cinquante volontaires connus sous le nom de zouaves pontificaux et finalement le 160è anniversaire de la Société historique de Montréal.

Suivra comme à l’accoutumée, une petite cérémonie civique où quelques personnalités publiques salueront d’un mot de circonstance la foule rassemblée. Puis, le régiment Maisonneuve s’exécutera avec sa parade et ses tirs de fusils avec détonation à vous faire ciller les tympans.

Il ne faut pas perdre de vue que la fondation de Montréal, repose sur un projet d’implantation d’une colonie missionnaire catholique afin d’établir une société où pourrait vivre en harmonie les colons français et les peuples amérindiens de la vallée du Saint-Laurent.

Outre les incontournables, Pierre Chomedey, sieur de Maisonneuve et Jeanne Mance, il nous faut garder aussi en mémoire nombre de personnes importantes que l’on retrouvera dans la colonie au fil des décennies. Nous pensons au major Lambert Closse, à Marguerite Bourgeoys, aux explorateurs et commerçants Jacques Le Ber et son beau-frère Charles Lemoyne celui dont l’un des nombreux fils ira fonder la Louisiane et un autre qui sera connu sous le célèbre nom d’Iberville (Pierre Lemoyne), au valeureux Adam Dollard Des Ormeaux et sa troupe, à la recluse de Ville-Marie, Jeanne Le Ber.

Sans oublier l’inspirateur et soutien financier du projet de colonie que fut Jérôme Le Royer et l’autre important soutien moral et financier que fut Pierre Chevrier, baron de Fancamp. Et, finalement, Jean-Jacques Olier, fondateur de Saint-Sulpice qui au fil des ans sera au coeur du projet de Ville-Marie au sein de la Société de Notre-Dame-de-Montréal dont la plupart des personnes mentionnées plus haut étaient affiliées.

Puisque nous parlons de la fondation de Montréal, on nous permettra ici, en guise de conclusion, de faire part à notre lectorat d’un certain agacement. En effet, depuis quelques temps les Montréalais entendent souvent des représentants de nations autochtones nous seriner que Montréal est un territoire mohawk non cédé.

On sait que l’ancien maire de Montréal, Denis Coderre, commençait la plupart de ses discours officiels par cette phrase. Or, il appert que la nouvelle administration ouvrira les séances du conseil de ville par une déclamation sensiblement pareille à savoir Montréal ville autochtone non cédé. Hé bien! Plus colonisé que cela, tu meurs!

Non seulement nos représentants politiques se transforment en marionnettes de ventriloque pour autochtones mais en plus par leur inculture, ils marinent dans le révisionnisme historique de mauvais aloi pour ne pas dire qu’ils nous font jouer dans un film de série B.

On nous interprète la symphonie des sanglots de l’homme blanc pour faire bon chic bon genre et nous culpabiliser d’être ici et maintenant dans la ville que nous avons bâti depuis près de quatre siècles et cela peu importe notre lieu de provenance encore moins de notre ancienneté sur ce vaste territoire.

Alors, que la plupart des historiens et chercheurs le moindrement honnêtes et sérieux, nous apprennent qu’en l’état des recherches actuelles, le territoire de l’Île de Montréal aurait été déserté depuis longtemps des groupements iroquoïens. Et, par conséquent, il serait faux voire fallacieux de prétendre que la colonie de Ville-Marie aurait pris la place de quelque groupe que ce soit.

L’histoire universelle nous est témoin de ces régulières périodes de transhumance de l’espèce humaine dont certains groupes migrent d’un territoire à l’autre pour diverse raisons. Il n’y a point de privilège ni de préséance pour l’ordre d’arrivée sur un territoire à moins de documents juridiques en bonne et due forme.

Quant aux bavures de l’histoire, il importe que tout un chacun se regarde dans un miroir. Dans les différents projets de Vérité et Réconciliation l’un des deux termes ne doit pas faire obstacle à l’autre. Autrement dit, il faut éviter les distorsions de vérités historiques sous couvert de se réconcilier dans un bon-ententisme de mauvais aloi.

Nos ancêtres d’origine française ont tenté vaille que vaille de vivre pacifiquement avec les groupes amérindiens arrivés depuis quelques millénaires en zone américaines. Mais comme on le sait les nations iroquoises ont cherché par tous les moyens de décourager la migration française tout au long de XVIIè siècle.

La fondation de Montréal s’est faite dans le feu et le sang. La rage meurtrière des Iroquois les ont conduit au génocide physique de la famille huronne. N’eut été de la levée d’une Seconde Recrue en 1653 suivie par l’arrivée du régiment Carignan-Salières en 1665, le projet d’une colonie missionnaire à Montréal et même la présence française dans le nord de l’Amérique aurait été en péril.

En 1701, sous l’égide des Français, nous sommes parvenus à une sorte de « paix des braves ». La Grande Paix de Montréal signée par les différentes nations amérindiennes de toute l’Amérique du nord et les Français, instaurait non seulement la paix entre les Français et les Amérindiens mais elle mettait fin aussi aux guerres et guéguerres entre les Amérindiens eux-même. C’est peu dire.

Nous sommes en 2018, nous habitons tous le même territoire soit l’état du Québec et plus particulièrement Montréal.Ce territoire appartient à tous ceux qui l’habitent et à tous ceux qui se préparent à l’habiter. Le choc des cultures est surmontable grâce à un dialogue sincère sans échappatoire et à des politiques publiques qui permettent à tous de se sentir partie prenante d’un pays, d’un territoire. C’est à tout un chacun de se « concéder » un espace vital pour s’épanouir et continuer à développer cet immense territoire ainsi que de se donner un avenir commun et diversifié.

_________________________________

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *